Accueil » Interview » Kounsitel toujours envahie par des chercheurs d’or : ‘’la ville est pleine et on a assez de problèmes’’, alerte le maire

Kounsitel toujours envahie par des chercheurs d’or : ‘’la ville est pleine et on a assez de problèmes’’, alerte le maire

Depuis la découverte du métal jaune à Kounsitel  dans la préfecture de Gaoual, la localité est prise d’assaut par des exploitants d’or. Malgré l’interdiction de l’exploitation artisanale et l’arrivée de nouvelles autorités à la tête du pays, la pratique continue comme si de rien n’était.

Dans un entretien accordé à notre rédaction, le maire de la commune rurale de Kounsitel appelle les nouvelles autorités du pays à prendre des mesures draconiennes pour siffler la fin de la récréation. Lisez…

VisionGuinee : Depuis le 5 septembre, la Guinée est dirigée par un nouvel homme fort. A Kounsitel, l’arrivée des nouvelles autorités a-t-elle permis de mettre fin à l’exploitation anarchique de l’or ?

Mamadou Chérif Diallo : Il n’y a rien de nouveau. Pour le moment, rien n’a changé. Mais nous entamons des initiatives auprès du gouverneur de Boké parce qu’on a compris que le préfet de Gaoual ne peut rien faire.  Les militaires sont toujours là et les gens continuent à travailler. Les orpailleurs qui sont venus d’ailleurs continuent à travailler. Rien n’a changé sur ce plan.

Quelle situation prévaut actuellement à Kounsitel ?

L’environnement est vraiment dégradé. La vie sociale change du jour au lendemain car nous recevons tout genre de personnes. La ville est pleine et on a assez de problèmes. Je ne sais pas comment nous allons nous en sortir surtout que ça ne nous rapporte rien à la localité. Tous les jours, le nombre ne fait qu’augmenter.

Quel a été la réaction des habitants de votre localité suite à l’arrivée du colonel Mamadi Doumbouya au pouvoir ?

Comme tous les autres guinéens, nous sommes heureux de voir ce changement. Mais pour le moment, il n’y a pas de nouveautés. Nous espérons que ça va changer. Pour le moment, comme il s’agit de remonter les informations par hiérarchie, c’est ce que nous continuons à faire. Nous avons vu le préfet qui dit avoir remonté des informations au niveau du gouvernorat. Mais ce qui nous inquiète, c’est du fait qu’il n’y a pas de gouvernement pour l’instant. On craint que le gouverneur nous dise qu’il va contacter sa hiérarchie avant de pouvoir faire quelque chose.

Et qu’attendez-vous des nouvelles autorités ?

Nous disons au colonel Doumbouya que nous sommes ravis de la prise du pouvoir. Mais nous souhaitons qu’il nous aide à changer les choses ici. Pour la sécurité, il peut confier cette tâche aux forces locales de défense et de sécurité. Les autorités peuvent augmenter le nombre d’agents des forces de sécurité, mais ça doit être géré localement. Parce qu’il y a un conflit de compétences entre ceux qui sont venus et ceux qui étaient là (…). Actuellement, les agents locaux ne sont pas responsables de ce qui se passe ici.

Quid de la zone minière…

Je sais qu’un gouvernement n’autorise pas une exploitation artisanale parce que les orpailleurs ne payent pas d’impôts. Généralement, quand il y a l’exploitation artisanale, ce sont les autorités locales, les populations qui gèrent. Nous avons commencé la gestion pendant une semaine.  Mais ils ont bloqué cela et envoyé des militaires pour sécuriser. Malheureusement, ce n’est pas ce que font les militaires qui sont ici. Au lieu d’empêcher les orpailleurs, ils les encouragent à l’exploitation artisanale. Nous ne pouvons que regarder ce qu’ils font.

Paradoxalement, même l’argent qu’on avait encaissé, le compte est gelé. Nous avons appelé le nouveau gouverneur pour nous plaindre. Comme nous n’avons qu’une agence du Crédit rural à Kounsitel, le préfet avait écrit au directeur de l’agence pour dire que nos deux communes ne doivent pas retirer de l’argent dans nos comptes. Avec tous les problèmes que nous avons ici, on n’a pas accès à cet argent. C’est vraiment compliqué. Nous n’avons pas d’autres ressources ni de financements. J’espère qu’avec les nouvelles autorités, ça va changer. Parce que c’est l’argent de la commune. C’est ce que nous pouvons utiliser pour le développement local (…). Nous avons besoin d’aménagement. La population a quadruplé avec l’arrivée d’orpailleurs. Et si nous n’avons pas suffisamment d’eau, ça va être compliqué.

Un dernier mot ?

Nous espérons nous entretenir avec les deux gouverneurs (Labé et Boké). Parce que c’est Madifing Diané qui avait envoyé ces militaires. Le gouverneur de Labé promet de venir la semaine prochaine. Parce que lui, il connait la situation d’ici.

Par Boussouriou Doumba, pour VisionGuinee.Info

00224 666 905 416/boussouriou.bah@visionguinee.info

Abonnez-vous à la newsletter de VisionGuinee pour suivre l'actualité sur la politique, société, économie, sport etc. en Guinée

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de VisionGuinee.info