Accueil » Annonces » Des anciens députés, vivant dans la galère et ménacés de prison, écrivent au colonel Doumbouya

Des anciens députés, vivant dans la galère et ménacés de prison, écrivent au colonel Doumbouya

Nombreux sont ces députés élus à l’issue des élections législatives controversées du 22 mars 2020 à végéter la misère après la chute d’Alpha Condé et la dissolution de l’Assemblée nationale. Des anciens parlementaires ont écrit aux nouvelles autorités pour réclamer le paiement de leurs émoluments et primes. Pour en savoir davantage sur la revendication de ces anciens députés, nous avons interrogé le coordinateur du Bloc de l’opposition constructive (BOC). Lisez…

VisionGuinee : Vous venez d’adresser un courrier au colonel Mamadi Doumbouya. Parlez-nous du contenu de la correspondance…

Dr Ibrahima Sory Diallo : Nous avons été rappelés pendant qu’on était en vacances parlementaires pour ouvrir la session extraordinaire sur la Loi des finances rectificative (LFR). On a fait un travail au mois d’aout qui a pris fin le 2 septembre. Après, on devait être payés. Entre-temps, le 5 septembre, le coup d’Etat est survenu. Depuis le changement de régime, le président de l’Assemblée nationale, Amadou Damaro Camara ne parle pas. Pourtant, le budget été adopté. Est-ce que le budget se trouvait au niveau de la questure ? On n’en sait rien. Nous n’avons jusque-là pas été appelés pour être payés. Ce qu’on demande, c’est de nous payer pour le travail qui a été effectué.

Dans le courrier, vous avez indiqué au président de la transition que certains députés risquent d’aller en prison si rien n’est fait…

Oui, tout à fait. Quand vous êtes au parlement, vous êtes affiliés à une banque. Du coup, vu que notre mandat s’étale pour 5 ans, des députés se sont endettés à la banque pour construire. Et si vous vous endettez à la banque pour construire, ça veut dire que vous serez en face de votre créancier. Si maintenant, vous n’avez pas d’argent pour payer, ça devient compliqué et vous serez poursuivi par la banque.

Mais pour l’instant, aucun député n’est en prison…

Ce sont des menaces d’emprisonnement si toutefois l’intéressé se retrouve incapable de payer sa dette.

A combien estimez-vous le nombre de parlementaires concernés par cette situation ?

Pas mal de députés. Personnellement, je ne me suis pas mis dans une telle situation. Je me disais qu’à un moment donné, je peux ne plus être député. Donc rien ne m’a poussé à emprunter de l’argent.

Comment vivez-vous aujourd’hui ?

Moi tout va bien chez moi. Avant d’être député, j’ai construit deux immeubles à Conakry. Je ne suis pas un pauvre. Je suis un médecin et chef de service à l’hôpital national Donka.

Si nous avons adressé une lettre aux nouvelles autorités, c’est parce qu’il y a beaucoup de députés qui sont dans des difficultés. Ils doivent payer des loyers chers et s’ils ne font pas attention, ils pourront être délogés. Je sais qu’ils seront délogés d’une manière ou d’une autre. Mais il faut qu’ils aient des moyens pour quand même solutionner leurs problèmes.

Quel appel lancez-vous aux nouvelles autorités ?

On leur demande juste de dégeler le salaire des députés parce que c’est un droit. Ils ont déjà payé les fonctionnaires. Il est prévu qu’en fin de mission du député, ce dernier a droit trois mois de salaire comme mesure d’accompagnement. C’est dans l’article 72 alinéa 7 du règlement intérieur de l’Assemblée nationale. C’est au pouvoir de faire ce qu’il peut faire. Nous n’allons nous imposer. Mais c’est un droit. Nous avons payé une caution de 200 millions GNF pour se porter candidat aux législatives et nous avons dépensé des montants allant de 10 millions GNF à 5 milliards GNF pour battre campagne. Si le colonel Doumbouya veut revenir à l’ordre constitutionnel en mettant en place des institutions fortes, il doit comprendre qu’il y a eu des députés qui, à un moment donné, ont travaillé sans être payés.

Par Boussouriou Doumba, pour VisionGuinee.Info

00224 622 989 711/boussouriou.bah@visionguinee.info

Abonnez-vous à la newsletter de VisionGuinee pour suivre l'actualité sur la politique, société, économie, sport etc. en Guinée

3 comments

  1. Le cynisme à son comble! La prise en otage du pays, déguisé en mascarade electorale pour la Présidence à vie du Pro-fausseur ayant mordue la poussière, vous avez le culot de réclamer la rançon aux victimes de votre forfaiture. C’est une insulte à la mémoire des victimes des sanglantes répressions pour imposer votre 4eme République et le 3eme mandat de Papa Promesse.
    Le travail de votre Assemblée Nationale » s’apparente plus à une complicité de Crimes contre la Nation qu’un Parlement par le Peuple pour le Peuple. De grâce ! Les mémoires sont fraîches, ne remué pas le Bistouri dans les corps des victimes.

  2. Vous n’auriez rien band d’escrocs lorsque vous qualifiez les autre des chômer maintenant c votre tour

  3. Mr l’ancien depute nous demandons la Justice contre contre votre groupe parlementaire le rpg .

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de VisionGuinee.info