Accueil » Société » COP15 : Que tous les êtres vivent en harmonie sur notre planète

COP15 : Que tous les êtres vivent en harmonie sur notre planète

Zhang Xueliang, garde forestier du mont de Xiling, province du Sichuan (Sud-Ouest), vient de terminer sa patrouille. Tout sourire, il parcourt les images de pandas prises par des caméras infrarouges : un s’amuse près d’un étang de retenue, un autre se repose sur un arbre, un troisième s’invite dans une plantation de bambous et se régale…

Ici, les pandas deviennent de plus en plus nombreux et marquent leur présence là où ils n’étaient guère. Précédemment classé « en danger » dans la Liste rouge de l’UICN, l’animal est désormais référencé au rang de « vulnérable ». Un des multiples accomplissements de la Chine dans la conservation de la biodiversité.

Comme l’a indiqué le Président Xi Jinping, l’homme et la nature sont interdépendants, et la biodiversité est indispensable à la survie et au développement de l’humanité. Que faire face à l’extinction des espèces, à la perte de la biodiversité et à la dégradation des écosystèmes dans le monde ? C’est une question qui se pose à tout un chacun. Acteur, contributeur et pionnier de poids dans la gouvernance mondiale de la biodiversité, la Chine met en œuvre activement la Convention sur la diversité biologique, la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques et son Accord de Paris, ainsi que le Programme de développement durable à l’horizon 2030. C’est dans ces efforts que se trouve la réponse chinoise à cette question.

Planification globale pour construire la civilisation écologique

La civilisation écologique occupe une place importante dans la Pensée de Xi Jinping sur le socialisme à la chinoise de la nouvelle ère. Héritiers de la sagesse traditionnelle chinoise préconisant le respect de la nature et l’harmonie entre l’homme et la nature, les visions et concepts majeurs du Président Xi sur l’écologie guident les efforts de tous les Chinois dans la protection de l’environnement. Inscrire la civilisation écologique dans la Constitution et dans la planification globale du développement national, placer la biodiversité au cœur de la construction de la civilisation écologique et de la réalisation d’un développement de qualité… Beaucoup a été fait pour que dans la modernisation du pays, l’homme et la nature puissent vivre en harmonie. « La nature vaut son pesant d’or. » C’est notre principe, c’est aussi notre action.

Politiques et mesures concrètes pour protéger les écosystèmes

Des efforts de plusieurs décennies ont donné lieu à une architecture de gouvernance de la biodiversité en Chine. La mise en œuvre du plan d’action national sur la biodiversité 2011-2030, l’intégration de la biodiversité dans les plans de développement économique et social et l’adoption d’une dizaine de lois et règlements dans ce domaine ont, entre autres, fourni une garantie institutionnelle pour la conservation de la biodiversité.

Et les actions ont suivi. La Chine a renforcé la protection et la restauration des écosystèmes, notamment à travers la mise en œuvre de plusieurs projets majeurs pour les zones humides, les forêts, les fleuves et les déserts. Sur la période 2011-2021, la superficie des forêts plantées a dépassé 70 millions d’hectares, plaçant la Chine à la tête de tous les pays en termes de progression des ressources forestières. Des lignes rouges écologiques nationales ont été mises en place, deuxième système de ce genre après le lancement de la ligne rouge de 120 millions d’hectares pour les terres agricoles. En ce qui concerne la conservation in situ et ex situ, la Chine a construit un système d’aires protégées (11 800 au total, représentant 18% du territoire national) axé sur les parcs nationaux, réalisant en avance les objectifs fixés par la Convention de 1992 en la matière. Quant au renforcement des capacités, elle a lancé un travail continu d’observation, de recherche et de catalogage basé sur des données et mis en place le Réseau d’observation de la biodiversité (Sino BON). Les illégalités sont sévèrement punies grâce à la surveillance par satellite et télédétection et à des opérations spécifiques.

Actions multilatérales pour créer une synergie internationale

L’environnement écologique touche au bien-être de tous et la coopération internationale est essentielle pour préserver la biodiversité. La Chine, l’un des premiers pays à signer et ratifier la Convention sur la diversité biologique, est activement engagée dans les actions multilatérales. Prenons l’exemple de l’ibis à crête, oiseau vivant en Chine, au Japon et en République de Corée. En 1981, la Chine a redécouvert sept individus de cette espèce, alors présumée éteinte à l’état sauvage, et proposé une coopération pour les préserver. Grâce aux efforts conjugués des trois pays, la population de l’ibis à crête a dépassé 7 000. Un autre exemple, la Chine a fondé en 2018 la Open Biodiversity and Health Big Data Alliance qui se veut, par une coopération entre les pays partenaires de l’Initiative « la Ceinture et la Route », un centre de mégadonnées de classe mondiale au service de la conservation de la biodiversité.

Du 11 au 15 octobre, la Chine accueillera la quinzième réunion de la Conférence des Parties à la Convention sur la diversité biologique (COP15) à Kunming, qui sera l’occasion d’adopter de nouvelles stratégies pour la gouvernance mondiale de la biodiversité. Ce sera la première conférence des Nations Unies sur la civilisation écologique. Son thème, « Civilisation écologique, bâtir un avenir partagé pour toutes les vies sur la Terre », incarne l’appel de tous les peuples et traduit la portée mondiale de la Pensée de Xi Jinping sur la civilisation écologique. En 2022, est prévue une deuxième session de la COP15 pour élaborer le Cadre mondial de la biodiversité pour l’après-2020, un plan d’action pour les dix ans à venir et au-delà. Pays hôte de l’événement, la Chine sera heureuse de partager ses expériences avec toutes les parties et de travailler ensemble pour construire la civilisation écologique. L’objectif est clair : apporter la sagesse et les solutions chinoises à la conservation de la biodiversité et au développement durable dans le monde.

Un vieil adage chinois nous dit : « L’union des cœurs et des esprits permet de déplacer le mont Taishan. » La conservation de la biodiversité est un travail de longue haleine. Le consensus et la synergie y sont indispensables. Il est temps pour nous de perfectionner la gouvernance mondiale de la biodiversité pour que tous les êtres puissent vivre en harmonie sur notre planète.

Par Yi Fan

Abonnez-vous à la newsletter de VisionGuinee pour suivre l'actualité sur la politique, société, économie, sport etc. en Guinée

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de VisionGuinee.info