Accueil » Interview » Des jeunes de l’axe Hamdallaye-Bambeto-Cosa veulent être associés à la gestion de la transition

Des jeunes de l’axe Hamdallaye-Bambeto-Cosa veulent être associés à la gestion de la transition

La jeunesse guinéenne a droit à cinq sièges au sein du Conseil national de la transition (CNT). La désignation de ceux devant représenter la couche juvénile au parlement transitoire est un sujet qui divise sur les réseaux sociaux.

Au micro de VisionGuinee, le coordinateur du mouvement Akhadan, Mamadou Ciré Diallo, prend la parole pour s’exprimer sur les critères de choix des cinq jeunes devant représenter la jeunesse au CNT. Il demande au colonel Mamadi Doumbouya d’éviter de collaborer avec des opportunistes. Entretien.

VisionGuinee : Sur les réseaux sociaux, des candidatures commencent à émerger pour représenter les jeunes au CNT. Quelle lecture faites-vous de cette situation ?

Mamadou Ciré Diallo : Il faudrait que les gens puissent savoir raison gardée et qu’on puisse se débarrasser de l’opportunisme. Il faut éviter que les opportunistes soient boostés par ceux qui ont mené un combat franc, sincère et loyal pour servir la Guinée. Nous sommes dans un régime d’exception. Le colonel Mamady Doumbouya est venu parachever un combat qui a été longtemps et constamment mené par les jeunes de l’axe qui ont déjà payé le lourd tribut. Nous avons plus de 200 personnes enterrées au cimetière de Bambeto, des milliers de personnes violentées, des centaines de femmes violées et des biens détruits. C’est une jeunesse qui a vécu dans la terreur juste pour s’être soulevée contre les mauvaises pratiques de l’ancien régime. Il ne faut pas occulter cela.

L’axe est perçu par certains comme une zone communautariste. Que répondez-vous ?

Sur l’axe se trouvent des jeunes qui se sont levés pour s’indigner et exprimer leur ras-le-bol. Ce qui a fait qu’à un moment donné, les valeurs pour lesquelles ils se battaient, se recoupaient transversalement avec celles de l’opposition républicaine. Du coup, certains par mauvaise intention ou par ethnostratégie nous ont taxés de politiques, de communautaristes tout en oubliant l’histoire de cette zone qui s’est battue en 2007 (…). Maintenant les forces spéciales dirigées par le colonel Mamady Doumbouya sont venues parachever le combat mené durant 11 ans, une période au cours de laquelle les jeunes de l’axe ont été persécutés, bannis de la gestion de la chose publique. Sous Alpha Condé, si par malheur dans ton CV, ton quartier de résidence se trouve sur l’axe, tu rencontres des problèmes pour trouver un emploi, à plus forte raison porter certains patronymes. Maintenant, si le CNRD vient pour parachever cette situation en mettant out le dictateur Alpha Condé, on doit reconstruire la Guinée, aller vers une nouvelle Guinée.

Beaucoup réduisent le rôle des jeunes de l’axe à jeter des pierres lors des manifestations…

Ils se trompent éperdument. Nous avons des jeunes capables de participer à la gestion de cette transition. Nous ne quémandons pas parce que nous le méritons. Nous demandons au colonel Doumbouya de nous essayer. C’est normal que le CNRD prenne des gens en qui il a confiance pour leur confier la gestion de la chose publique parce que ce sont eux qui ont parachevé le combat. Depuis 2007, personne ne nous a essayés dans la gestion de la chose publique. Nous n’avons jamais mené un combat pour avoir des récompenses. Mais là, nous disons que nous avons des hommes de valeurs capables qui ont des compétentes pour pouvoir participer à la gestion de la chose publique. C’est ce que nous demandons au colonel Mamadi Doumbouya. Il faut qu’il nous associe à la gestion, nous nous mettrons à sa disposition.

Nous avons versé notre sang pour la Guinée. De la même façon, nous serons auprès de lui pour l’accompagner afin que cette transition réussisse. Sur l’axe, il n’y a pas que des loubards et jeteurs de cailloux. Il y a des valeurs sûres, des gens qui ont des diplômes qui peuvent être auprès du CNRD pour apporter leurs grains de sel à la construction de la Guinée. Ils sont juristes, ingénieurs, techniciens aguerris et peuvent servir la République. Nous sommes à la disposition du colonel Doumbouya, il peut compter sur nous. Nous pourrons être ses gilets anti-balles tant qu’il ne change pas d’objectifs, il n’a qu’à être rassuré.

Un message au colonel Doumbouya ?

Le chef de l’Etat doit être un peu à notre place. C’est comme si après avoir été à la tête des forces spéciales, osé faire ce coup d’Etat qui est un sursaut patriotique et qu’après tous les efforts consentis et risques pris, qu’on envoie une autre personne pour présider le CNRD. Ce qui nous fait mal, c’est qu’après tout le combat que nous avons mené, des gens casés dans des chambres climatisées ou dans des hôtels en train de suivre la lutte sur leurs smartphones se lèvent aujourd’hui pour se bomber le torse pour dire qu’ils sont les plus méritants, que ce sont eux qui peuvent servir le pays. Ils ont oublié que les jeunes qui ont participé aux manifestations, qui ont versé leur sang pour la Guinée peuvent aussi servir cette nation. Nous disons que nous sommes prêts à accompagner le CNRD dans tous les domaines. Notre souci n’est pas seulement d’être au niveau du CNRD, nous voulons participer à la gestion de cette transition dans sa globalité pour qu’elle puisse réussir. Et nous en sommes convaincus qu’ils ne seront pas déçus en nous mettant à l’épreuve.

Par Boussouriou Doumba, pour VisionGuinee.Info

00224 622 989 711/boussouriou.bah@visionguinee.info

Abonnez-vous à la newsletter de VisionGuinee pour suivre l'actualité sur la politique, société, économie, sport etc. en Guinée

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de VisionGuinee.info