Accueil » Économie » Le Premier ministre Mohamed Béavogui exige des comptes au ministère du Budget

Le Premier ministre Mohamed Béavogui exige des comptes au ministère du Budget

Près de deux mois après la prise du pouvoir, le Comité national du rassemblement pour le développement (CNRD) a constaté l’inexistence de mécanisme fiable de contrôle sur les dépenses effectivement réalisables dans la loi de finances rectificative 2021.

Les tombeurs d’Alpha Condé ont noté dans la même loi l’absence de support expliquant certaines hausses de dépenses dans les Institutions et départements ministériels concernés. Il été également constaté l’insuffisance de mécanisme de contrôle de la mobilisation et de la sécurisation des recettes et la mauvaise répartition des dépenses budgétaires sans prise en compte de l’orthodoxie financière. Une situation qui a poussé le Premier ministre Mohamed Béavogui à demander des comptes au ministère du Budget.

‘’Dans la réalisation de ses différents projets d’investissement et pour son fonctionnement, L’Etat, en tant qu’entité, utilise la loi de finances qui l’autorise à prélever des recettes et exécuter des dépenses. Cette loi est préparée par le ministère du Budget sur instruction du Premier ministre qui donne la lettre de cadrage’’, explique Mamadouba Sylla, secrétaire général au ministère de Budget.

Selon lui, plusieurs facteurs peuvent influencer l’exécution du budget. ‘’Des recettes accidentelles peuvent gonfler le niveau des recettes, tout comme de nouvelles dépenses peuvent influencer l’exécution des dépenses à un certain niveau. Il faut que l’équilibre soit rétabli et que les nouvelles informations sont intégrées dans la loi de finances. Aucune recette n’est autorisée en prélèvement si elle n’est pas autorisée par la loi. De même pour les dépenses. Quelle que soit l’urgence d’une dépense, elle doit être contenue dans la loi’’, souligne-t-il en présence du ministre secrétaire général de la présidence.

Pour cette année, dit-il, ‘’la loi de finances initiative a été adoptée et exécutée en équilibre jusqu’à un certain temps. Il a été à un moment donné utile de proposer une loi de finances rectificative qui a été présentée à l’Assemblée nationale. Des remarques ont été soulevées notamment l’augmentation de dépenses. Compte-tenu de l’urgence et du changement intervenu dans le pays à travers la prise du pouvoir par l’armée, la loi de finances rectificative n’a pas été promulguée’’.

Il précise qu’un décret de promulgation a été pris par le président de la transition avec des restrictions sur certains volets de dépenses, tout en rassurant que le ministère du Budget en relation avec les départements sectoriels est en train l’exécution du budget.

‘’Les augmentations ont été constatées, c’est vrai. La question a été soulevée, discutée et débattue. Aujourd’hui, ce sont des notes que nous sommes en train de préparer pour expliquer ce qui a amené cela. C’est une note qui a d’ailleurs été demandée par Son Excellence Monsieur le Premier ministre’’, indique M. Sylla à la presse.

Il soutient que ‘’nous sommes en train travailler régulièrement sur cette note pour expliquer les motivations de certaines augmentations. Dans l’ensemble, il y a des augmentations sur beaucoup de lignes, mais aussi des réductions sur d’autres lignes. Le moment venu, lorsque la note sera prête, nous allons remonter aux autorités’’.

Pathé BAH, pour VisionGuinee.Info

00224 621 77 38 52/bahpathe17@gmail.com

Abonnez-vous à la newsletter de VisionGuinee pour suivre l'actualité sur la politique, société, économie, sport etc. en Guinée

One comment

  1. Cellou dalein diallo elu president en guinee ont serait obliges de prendre les armes une necessite pour l’ethnie malinke en guinee.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de VisionGuinee.info