Accueil » Économie » Quand le pouvoir d’Alpha Condé prévoyait des budgets pour des institutions quasi inexistantes ou inactives

Quand le pouvoir d’Alpha Condé prévoyait des budgets pour des institutions quasi inexistantes ou inactives

Face à la presse samedi, le gouverneur de la BCRG a annoncé que le 18 septembre, le Comité national du rassemblement pour le développement (CNRD) a reçu du secrétariat général de l’Assemblé nationale, la Loi de finances rectificative 2021.

Selon Dr Louncény Nabé, après analyse, il ressort une hausse globale des dépenses qui suscite des interrogations des nouvelles autorités.

Le CNRD a noté dans la Loi de finances rectificative 2021 l’inexistence de mécanisme fiable de contrôle sur les dépenses effectivement réalisables ; l’absence de support expliquant certaines hausses de dépenses dans les Institutions et départements ministériels concernés.

Il a été décelé un manque de rigueur dans la répartition des dépenses publiques ; l’insuffisance d’outil de planification des recettes mobilisables ; l’insuffisance de mécanisme de contrôle de la mobilisation et de la sécurisation des recettes et la mauvaise répartition des dépenses budgétaires sans prise en compte de l’orthodoxie financière.

La junte militaire a constaté des prévisions de dépenses pour des structures quasi inexistantes ou non encore actives dont la CENI, le Haut conseil des collectivités, la Haute Cour de Justice, etc.

Après avoir promulgué la Loi de finances rectificative adoptée par les députés de la neuvième législature en vue, dit-on, de maintenir la légalité budgétaire, le CNRD, avec à sa tête le colonel Mamadi Doumbouya, a exigé le scrupuleux des dispositions de la loi organique relative aux lois de finances notamment en ses articles 25 et 28.

Il a décidé de renvoyer les dépenses de personnels pour toutes les institutions républicaines et les départements ministériels aux crédits correspondants figurant dans la loi des finances initiale, exercice 2021. La loi des finances rectificative 2020 ne sera exécutée que dans son volet recettes de façon intégrale.

Dans le but de moraliser la gestion de la chose publique, des instructions fermes ont été données aux chefs de division administrative et financière des départements ministériels et des établissements publics à caractère administratif.

Pour le CNRD, la loi des finances adoptée par l’Assemblée nationale soulève ‘’assez d’interrogations’’. Il note que les ‘’lignes budgétaires allouées aux dépenses de la Présidence de la République, à l’Assemblée Nationale, à des institutions républicaines et ministères ont connu des augmentations faramineuses’’.

Pathé BAH, pour VisionGuinee.Info

00224 621 77 38 52/bahpathe17@gmail.com

Abonnez-vous à la newsletter de VisionGuinee pour suivre l'actualité sur la politique, société, économie, sport etc. en Guinée

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de VisionGuinee.info