Accueil » Société » Condamnation de Gnelloy à 2 ans de prison : ‘’la Cour d’appel a fait preuve de clémence’’, selon Me Traoré

Condamnation de Gnelloy à 2 ans de prison : ‘’la Cour d’appel a fait preuve de clémence’’, selon Me Traoré

Condamné en première instance à 5 ans de prison par le tribunal de Dixinn, Alpha Ousmane Diallo alias Gnelloy, insulteur public, a vu sa peine réduite à 2 ans de prison ferme par la Cour d’appel de Conakry.

Poursuivi pour injures publiques et menaces de mort, Gnelloy va poursuivre son séjour carcéral à la maison centrale de Conakry. L’ancien bâtonnier de l’ordre des avocats de Guinée trouve légère la condamnation du ministre autoproclamé de la défense d’Alpha Condé sur Facebook, à 2 ans de prison ferme par la Cour d’Appel de Conakry.

‘’Ceux qui estiment qu’une peine de deux ans pour injures est excessive doivent savoir une chose. En plus du délit d’injures, il y avait aussi le délit de menace. Or, celui qui commet le délit de menace de commettre un délit ou un crime encourt une peine maximum de 3 ans. S’il s’agit d’une menace de mort, la peine de prison est portée à 5 ans’’, renseigne Mohamed Traoré.

Cet avocat estime que la justice a été clémence envers Gnelloy, tristement célèbre sur les réseaux sociaux. ‘’On est heureusement dans un système de non cumul de peines. Sinon, on aurait additionné la peine pour injure et celle pour menace’’, explique Me Traoré.

‘’Dans notre système, on applique la peine attachée à l’infraction la plus sévèrement punie. Donc, le délit de menace étant plus sévèrement punie par rapport à celle d’injures, on prononce la peine attachée au délit de menace. Il faut noter d’ailleurs que la Cour d’appel a fait preuve de clémence en infirmant partiellement le jugement de première instance’’, ajoute-t-il.

L’homme en robe noire se demande ‘’si le délit de menace était réellement constitué ? Le juge d’appel a dit oui. Par ailleurs, il est important de déterminer le texte qui a été appliqué pour pouvoir apprécier’’.

‘’Les articles 28 et 29 de loi sur le cybersécurité et la protection des données à caractère personnel relatifs respectivement aux menaces et aux injures sont encore plus sévères que les dispositions du code pénal qui répriment les mêmes infractions’’, conclut Mohamed Traoré.

Pathé BAH, pour VisionGuinee.Info

00224 621 77 38 52/bahpathe17@gmail.com

Abonnez-vous à la newsletter de VisionGuinee pour suivre l'actualité sur la politique, société, économie, sport etc. en Guinée

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de VisionGuinee.info