Accueil » Politique » La CEDEAO donne une suite favorable à une requête du FNDC

La CEDEAO donne une suite favorable à une requête du FNDC

Après le coup d’Etat du 5 septembre qui s’est soldé par l’avènement du Comité national du rassemblement pour le développement (CNRD) au pouvoir, le Front national pour la défense de la Constitution (FNDC) a dépêché une délégation dans la sous-région pour convaincre les dirigeants ouest-africains d’accompagner la transition en Guinée.

La Guinée est suspendue de toutes les instances de la CEDEAO en raison du coup d’Etat perpétré le 5 septembre contre le pouvoir d’Alpha Condé. L’organisation sous-régionale, qui exige la libération immédiate et sans condition du président déchu, appelle la junte à organiser des élections libres et transparente dans un délai de six mois.

Le FNDC a pris son bâton de pèlerin pour effectuer une mission de diplomatie citoyenne dans la sous-région ouest-africaine du 05 au 31 octobre. La tournée de Foniké Mengué, Ibrahima Diallo et Sékou Koundouno visait à ‘’éviter à la Guinée une crise pouvant affecter le bon déroulement de la transition et plongé le pays dans l’incertitude’’, selon le mouvement anti-troisième mandat.

Les émissaires ont eu une série de rencontres avec des chefs d’Etat ouest-africains pour solliciter le soutien de la CEDEAO à la transition guinéenne en vue des processus électoraux inclusifs, crédibles, transparents et apaisés devant conduire au retour de l’ordre constitutionnel.

Durant leur périple, ils ont été reçus en audience entre autres par le président en exercice de la CEDEAO, Nana Akuffo-Addo du Ghana, les présidents Mohamed Bazoum du Niger, Umaru Embalo de la Guinée Bissau et Julius Maada Bio de la Sierra Leone.

Sekou Koundouno et ses compagnons de lutte ont plaidé la mise en place d’un cadre de dialogue entre les nouvelles autorités et la communauté internationale d’une part, et d’autre part, entre les tombeurs d’Alpha Condé et les forces vives de la nation sous les auspices des organisations régionales et des partenaires bilatéraux et multilatéraux dont les Nations Unies.

Ils ont appelé à la CEDEAO à désigner un envoyé spécial en Guinée pour, dit-on, promouvoir un processus inclusif, faciliter l’implication des acteurs concernés et garantir la réussite de la transition dans la paix et la stabilité.

A l’issue d’une session extraordinaire tenue dimanche 7 novembre à Accra, les dirigeants de la CEDEAO ont décidé de nommer la ghanéen Mohamed Ibn Chambas dans les fonctions d’envoyé spécial en Guinée, dans le but de renforcer le dialogue avec les autorités de la transition et de favoriser la réussite d’un processus de transition dans les plus brefs délais.

Une victoire de plus pour le FNDC qui promet de continuer à se battre pour la défense des acquis démocratiques.

Salimatou BALDE, pour VisionGuinee.Info

00224 662 78 58 57/salimbalde91@gmail.com

Abonnez-vous à la newsletter de VisionGuinee pour suivre l'actualité sur la politique, société, économie, sport etc. en Guinée

One comment

  1. Pourquoi envoyer ce corrompu ibn chabas qui est l’une des sources des problèmes que nous vivons. Depuis 1996 il rode en Guinée mais jamais résolu quoi que ce soit. Il ne veut jamais une solution pour qu’il puisse continuer à se pavaner dans les hôtels 5 étoiles et être payé au prix de notre sang.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de VisionGuinee.info