Accueil » Société » Le ministre Lucien Yombouno met en garde les DRH : ‘’Beaucoup ne seront pas à l’abri de poursuites judiciaires si…’’

Le ministre Lucien Yombouno met en garde les DRH : ‘’Beaucoup ne seront pas à l’abri de poursuites judiciaires si…’’

Pour arrêter la saignée financière dans l’administration, le ministre Lucien Yombouno continue de passer au peigne fin le fichier de la fonction publique. Après avoir mis en retraite 6 300 fonctionnaires, le patron du département en charge du Travail et de la Fonction a rencontré mercredi les directeurs des ressources humaines  des différents ministères.

"

Le ministre de la Fonction publique et du travail a mis l’occasion à profit pour demander aux fonctionnaires mis à retraite sans atteindre l’âge de signaler les anomalies à son département.

‘’S’ils constatent des anomalies qui devraient les empêcher d’aller à la retraite, ils vont les reporter au niveau de chaque ministère dont ils relèvent. Et les DRH seront là pour relever toutes les réclamations pour un premier traitement. Après, on va examiner toutes les réclamations qui sont fondées pour rétablir les gens dans leurs droits’’, promet-il.

Dans la foulée, Julien Yombouno s’est insurgé contre les fonctionnaires en situation irrégulière. Il demande aux DRH d’établir une ‘’liste exhaustive et exacte de tous ceux qui sont décédés mais qu’on n’a jamais radié depuis des mois ou des années du fichier de la fonction publique. Il y en a aussi qui travaillent au privé mais qui sont inscrits à la fonction publique et continuent à percevoir leurs salaires. Il faut nous faire le point’’.

Le ministre Yombouno souligne que ‘’beaucoup d’autres fonctionnaires sont à l’étranger depuis des lustres sans compter des cas d’incohérences du système d’âge de recrutement. Parce que la loi dit clairement que vous devez avoir 18 ans au moins pour être enrôlés à la fonction publique et 45 ans au plus’’.

Aux dires du patron du département de la Fonction publique, dans ces opérations, les directeurs des ressources humaines vont ‘’prendre des engagements que les informations qu’ils vont nous transmettre sont justes et ne sont pas erronées. Parce que si après vérification à plusieurs niveaux, on aperçoit qu’ils nous ont fourni des informations inexactes, beaucoup ne seront pas à l’abri de poursuites judiciaires’’.

Boussouriou Doumba, pour VisionGuine.Info

00224 622 989 711/boussouriou.bah@visionguinee.info

Abonnez-vous à la newsletter de VisionGuinee pour suivre l'actualité sur la politique, société, économie, sport etc. en Guinée

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de VisionGuinee.info