Accueil » Société » Avec la création de la CRIEF, ‘’il y aura peu de course à la recherche de postes’’, selon Mohamed Camara 

Avec la création de la CRIEF, ‘’il y aura peu de course à la recherche de postes’’, selon Mohamed Camara 

Les nouvelles autorités ont décidé de mettre en place une cour chargée de réprimer les infractions économiques et financières (CRIEF). Une décision que salue le juriste Mohamed Camara. 

"

L’homme de droit estime que la création de cette cour pourrait contribuer à réduire la course effrénée aux postes et favoriser la moralisation de la gestion de la chose publique.

‘’Quand les civils se mettent à détricoter les lois et que les autres viennent pour remettre tout en règle, il faut saluer la démarche, tout en étant prudent. Avec la création de la CRIEF, il y aura peu de course à la recherche des postes’’, analyse Mohamed Camara.

Il souligne qu’en Guinée, ‘’les gens pensent qu’il suffit simplement d’être nommé pour que l’impunité vous soit consacrée (…). Il y aura un procureur spécial conformément à l’article 19 de la charte qui pourra s’autosaisir en cas de problème’’.

Dans « On refait le monde », ce chargé de cours de droit assure qu’il ‘’faut qu’il y ait un contrôle systématique dans ce pays. Mais il ne faut surtout pas que cet organe disparaisse après la transition’.

Selon la garde des sceaux, ‘’la cour de répression est une justice pénale au premier et deuxième degré. C’est-à-dire qu’elle est instituée, elle a vocation pour connaitre des infractions économiques et financières. A tire d’exemple, le détournement des deniers publics’’.

La ministre Fatoumata Yarie Soumah assure que ‘’les infractions économiques et financières sont de la compétence de la CRIEF. Mais ce ne sont pas toutes les infractions économiques et financières. Ce sont les infractions économiques et financières qui sont égales ou supérieures à un milliard de francs guinéens qui seront connues par cette juridiction. Les infractions qui sont en deçà de ce montant seront connues par les juridictions de droits communs, les tribunaux de première instance, les cours d’appel ordinaires’’.

Aissatou DIALLO, pour VisionGuinee.Info

00224 621 82 08 53/aissatou.diallo@visionguinee.info

Abonnez-vous à la newsletter de VisionGuinee pour suivre l'actualité sur la politique, société, économie, sport etc. en Guinée

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de VisionGuinee.info