Accueil » Société » Me Béa flatte le juge Charles Wright : ‘’il travaille conformément à sa conscience et à son serment’’ 

Me Béa flatte le juge Charles Wright : ‘’il travaille conformément à sa conscience et à son serment’’ 

En charge de l’affaire qui a opposé en novembre dernier la société Binhai pêche à l’ex-préfet de Dubréka, le juge Charles Wright avait condamné Younoussa Sylla, Hawa Sylla et Amara Bangoura à 5 ans d’emprisonnement. La défense des concernés qui a très vite relevé appel de la décision, se heurte dès au début du procès à une demande de récusation de la magistrate chargée du dossier à la Cour d’appel.

"

Maitre Salifou Béavogui de la partie civile qualifie la décision rendue en première instance de ‘’courageuse et historique’’ par le juge Charles Wright. ‘’Je n’ai pas l’habitude de parler comme ça d’un magistrat, mais il faut reconnaitre que ce magistrat a été très courageux. Tout le monde sait qui est Charles Wright. Il travaille conformément à sa conscience, à son serment et à la loi’’, affirme-t-il.

Selon lui, le président du tribunal de première instance de Dubreka a examiné ‘’les faits souverainement. Il a effectué un transport judiciaire et a condamné les trois prévenus pénalement et civilement’’. Selon Me Béa, ‘’il y a plusieurs dossiers qui sont en première instance dans lesquels des citoyens sont condamnés qui sont en prison. Mais celui-là, la décision a été rendue le 8 novembre, le 1er décembre, nous sommes déjà à la Cour d’appel de Conakry. Le même jour, deux des condamnés ont été libérés. Cela a soulève des suspicions sur l’attitude de la cour. Avec les manifestations d’opinions que nous remarquons, les agissements des magistrats de la cour, ma cliente a décidé de les récuser’’.

Me Béa assure que ‘’le bon sens, l’honnêteté, la morale et le respect supposent que dès qu’un justiciable vous dénonce, dit désormais qu’il ne fait plus confiance en vous, alors qu’il y a plusieurs dossiers, je pense que c’est bon débarras, sans regret. Je connais des magistrats, dès qu’ils sentent qu’une des parties suspectent leur comportement et dépose un acte, ces magistrats jettent le dossier rapidement’’.

‘’Mais nous avons été   surpris de voir le dossier au rôle. Un débat a été installé. Nous avons demandé au premier président de surseoir au débat, ce qui n’a pas été fait et nous restons sur notre faim’’, fustige le praticien du droit, précisant que ‘’nous sommes aux aguets et resterons vigilants’’.

Abdoulaye Bella DIALLO, pour VisionGuinee.Info  

00224 628 52 64 04/abdoulbela224@gmail.com

Abonnez-vous à la newsletter de VisionGuinee pour suivre l'actualité sur la politique, société, économie, sport etc. en Guinée

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de VisionGuinee.info