Ultimate magazine theme for WordPress.

‘’A Ouaga, Dadis Camara ne bénéficie d’aucune aide de l’Etat guinéen’’, selon son avocat

0

[dropcap]S[/dropcap]on avocat, Me Jean Baptise Jocamey Haba voit en lui un homme sincère et énergique avec un franc parlé, dont il est le seul à posséder le secret. Lui, c’est le capitaine Moussa Dadis Camara, refugié au Burkina Faso depuis près de 5 ans. Pourtant, il a apporté des choses à la Guinée, vante son avocat dans un entretien accordé à l’Indépendant. De bonnes choses, il faut le reconnaître, insiste Me Haba et il peut toujours servir  la Guinée, même en étant un ancien président.

Dadis camara junteExilé à Ouagadougou depuis plusieurs années, dans quelles conditions matérielles se trouve le capitaine Moussa Dadis Camara? Reçoit-il des subsides de la part de l’Etat guinéen, ou bien c’est l’Etat burkinabé à travers  le président Blaise Compaoré qui le prend en charge ? Voici entre autres une série de questions que notre confrère de l’Indépendant à poser à l’avocat de l’ancien chef de la junte.

‘’Je vais être très clair avec vous, si  je tiens à être  très clair avec vous, c’est avec l’aval  de mon client lui-même. Et je vous dis que  concernant les conditions de vie de mon client, il ne bénéficie d’aucune  aide de l’Etat guinéen’’, révèle Me Jean Baptiste Jocamey dans l’hebdomadaire l’Indépendant.

‘’J’ose vous dire que s’il vit, c’est grâce aux maigres privilèges qui lui sont accordés  par son statut de militaire, en tant que fonctionnaire de l’Etat. Il ne bénéficie que de cela. S’il a d’autres sources de revenus, ce sont bien les aides, les dons qui lui sont accordés par l’Etat burkinabè. Cela n’honore pas  la Guinée. Ça affecte  l’image de notre président d’aujourd’hui,  l’image de toutes les institutions, de tous les Guinéens, que de penser qu’un ancien chef d’Etat qui officiellement se trouve en convalescence dans un autre Etat, soit une charge pour cet Etat hôte. Qu’il soit une charge pour lui-même’’, a dénoncé Me Haba, avocat du capitaine Moussa Dadis Camara.

Sélectionné pour vous :  UFDG: l'échec dont parle M. Bah Oury (Opinion)

Pourtant, explique  Me Jean Baptiste Jocamey, l’article 44 de la constitution est clair. : « Les anciens présidents de la République prennent rend protocolaire immédiatement après le président de la  République dans l’ordre d’ancienneté de leurs mandats, et avant le président de l’Assemblée nationale. Ils peuvent être chargés de mission spéciale par le président de la République. Ils bénéficient d’avantages matériels et d’une protection dans les conditions qu’une Loi Organique détermine ».

D’après lui, l’ancien président du Conseil national pour la démocratie et le développement a posé des actes pour les Guinéens. ‘’Je vois vraiment mal qu’un tel président, qu’un tel ancien chef d’Etat  ne puisse pas bénéficier de cela. C’est une honte pour la Guinée. Cela ternit l’image de la Guinée devant le Burkina qui est le pays hôte du capitaine. Et ça n’honore pas nos institutions, ça n’honore pas notre président qui, lui-même  président aujourd’hui, demain, deviendra ancien président’’,  assène l’homme de droit qui entend entamer des démarches pour que l’ancien homme fort de Conakry puisse bénéficier des privilèges d’un ancien chef de l’Etat. Car, dit-il, ‘’c’est un droit acquis puisque le président Dadis Camara  a servi son pays en refusant de se servir lui-même, alors qu’il avait toutes les possibilités d’amasser comme les autres le font’’, insinue Me Jean Baptiste Jocamey Haba dans les colonnes du journal l’Indépendant.

Ciré BALDE, pour VisionGuinee.Info

00224 664 93 14 04

Place this code at the end of your tag:
Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de VisionGuinee.info