Ultimate magazine theme for WordPress.

A quoi ressemblerait la Guinée si tout le monde faisait comme le journaliste exilé Mandjan Sidibé ?

1

[dropcap]J[/dropcap]e  n’écris pas pour le simple plaisir d’écrire, j’écris parce que l’écrire est le 3ème principe des 7 principes qui régissent ma vie sur terre. Si les intellects du 1er  du 2ème et du 3ème  âge guinéen ne juraient que par les analyses objectives via l’écriture pour apporter leur  part de brique dans la consolidation de la jeune démocratie guinéenne, j’ai une certitude mathématique que nombreux auraient compris les B.A.B du changement et les conditions « sans quoi non »  d’une démocratie.

Guillaume Hawing
Guillaume Hawing

Une page blanche reste une simple page  blanche, rien d’angoissant !  C’est  celle noircie qui est impressionnante et angoissante. Il n’y a rien d’angoissant dans une page blanche ! Mettons donc notre imagination en érection afin de donner un exercice à notre intelligence pour noircir les feuillets avec des analyses non ciblées mais qui enfantent la logique. Pour qu’une analyse dompte un peuple, il faut qu’elle surpasse ce peuple. Lorsqu’un peuple surpasse une analyse, ceci dit  que ce peuple surpassera l’auteur de l’analyse. Par conséquent, ce peuple pourra s’inscrire dans le temps, en faux contre l’auteur de la dite analyse. Soyons donc capables de faire une analyse qui peut surpasser la race humaine par la puissance de son objectivité.

Tous ceux qui ont ouvert un dossier personnel d’analyse sur Mandjan Sidibé, réalisent à date qu’il est tout sauf un homme de conviction derrière une logique imperturbable. Le monde est tellement vieux  que les sages, les vieux esprits d’hier et les esprits brillants d’aujourd’hui ont tout établi pour pouvoir définir avec une erreur relativement négligeable les conduites d’un animal supérieur, qu’est l’Homme. Avec tout ce que les avertis, les informés, les esprits brillants et les sages savent de l’Homme, j’ose croire sans risque de me tromper que Mandjan Sidibé serait fort  probablement  de la famille de ceux qui militent pour la philosophie : « Notre vérité ou notre contre vérité sur une personne physique ou morale varie en fonction de nos intérêts avec la dite personne physique ou morale. » Comme pour dire qu’un journaliste ou un intellectuel  ne doit parler ou dénoncer que lorsqu’il n’a plus l’espoir d’avoir ce qu’il voulait. Bref lors qu’il sent ses intérêts menacés ou perdus.

Sélectionné pour vous :  Sa dernière sortie le confirme : Sidya Touré manque vraiment de hauteur

A quoi ressemblerait la Guinée si chaque journaliste ou chaque intellectuel guinéen adoptait comme principe de ne dire la/une/sa vérité que lorsque ses intérêts seront menacés ? La vérité est comme l’amour, ils génèrent tous les intérêts. Mais une vérité qui ne se dit que par intérêt, étouffe l’intérêt. Une vérité devient crédible lorsqu’elle se dit à temps et à contre temps. Une vérité qui vient d’un homme victime d’une situation est une vérité à prendre avec les pincettes. Car la vraie question que les vraies gens pourraient se poser serait la suivante : A quoi ressemblerait cette vérité si la victime était dans la situation d’aisance qu’il se souhaitait ? Car, comme le disait Jean-Pierre Claris de Florian, je cite « Notre intérêt est toujours la boussole que suivent nos opinions. »

Ne suivons pas les candidats aux présidentielles pour ce qu’ils peuvent faire pour nous, mais plutôt pour ce qu’ils peuvent faire pour le pays. Suivre un candidat à l’idée de se tailler une part de lion en cas de victoire, c’est opter pour la logique de : se servir du pays et non servir le pays. Suivre ne doit pas être synonyme de partage mais plutôt de conviction. On doit suivre parce qu’on croit, pas parce qu’on s’attend.

Pour finir, je pense et dis ceci : pour réussir le parie d’un changement, il faut réussir le parie de l’intérêt général au détriment des intérêts individuels. Car, comme le disait Jean-Jacques Rousseau, du contrat social (1762) je cite : « La somme des intérêts individuels nuit à l’intérêt général. » Ceci dit, que nous ne devons pas chercher à être un homme de succès, cherchons plutôt à être un homme de valeur. Un homme de succès sera toujours prêt à se livrer à tout et contre tout pour maintenir à tout prix le cap de son succès. Tandis qu’un homme de valeur force l’admiration à travers ses mérites et impose l’immortalité grâce à ses œuvres.

Sélectionné pour vous :  Tibou Camara, une taupe de Cellou Dalein Diallo à Sekhoutoureya (opinion)

Pr Guillaume Hawing, Conférencier d’Honneur.

Place this code at the end of your tag:
1 commentaire
  1. etonnemoi dit

    si l’analyse portant sur le comportement de mandjan Sidibé au prenom evocateur dont seule la guinee peut fournir reste correcte et appreciable ;je reste personnellement sceptik a l’idée ke les autres guinéens fassent l’inverse si c ne pire d’ailleurs.Les millions d’Alpha conde saisi au senegal, le comportement de son fils en predateur inssassiable ,le prix decerné a dalein au senegal (porte de sortie ou lieu de plank de nos ressources volées)come meilleur investisseur etranger en sont kelks illustrations.d’autant ke ce dernier ne pas connu pr etre un entrepreneur .Il suffit d’addition son salaire de fonctionnaire du debut de sa carriere jusk’a nos jrs pr se rendre compte ke l’origine est douteuse et ne p provenir ke des caisses de l’etat helas .L’autre ennemi du peuple est le peuple lui meme ki voto ethno avant ke sa retombe sur lui.eh oui

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de VisionGuinee.info