Ultimate magazine theme for WordPress.

Accident de la circulation : Un adolescent meurt broyé par un camion

0

[dropcap]L[/dropcap]e changement du trafic routier brusquement intervenu dans la circulation à Conakry depuis bientôt deux ans, ne cesse d’endeuiller les familles guinéennes. Dans l’après-midi de ce lundi 1er septembre, c’est un adolescent d’environ 13 ans qui a été effroyablement fauché par un camion remorque immatriculé RC 0807 K, chargé de plusieurs centaines de tonnes de farine, en provenance du port autonome de Conakry.

AccidentL’accident s’est produit un à Gbessia Kondébounyi dans la commune de Matoto aux environs de 16 heures quand la victime, Youssouf Diallo, marchand ambulant de son état, tentait de traverser pour rejoindre sa famille dont les boutiques sont situées à quelques encablures du lieu du drame, pour aller manger, dit-on.

Après avoir traversé la voie qui sert officiellement de remontée, le pauvre défunt devrait le faire autant pour la seconde qui sert également de remontée dès 15 heures. Mais pour qui connait cet endroit, tous les véhicules en provenance de la banlieue, viennent jusque-là pour se rabattre sur le pont avant d’emprunter la route du Niger, la corniche sud ou la transversale N°1 qui mène à Hamdallaye. C’est alors, que Youssouf Diallo se retrouve nez-à-nez avec le camion remorque qui remontait et un taxi qui descendait. Pris de peur, il décide de rebrousser chemin. Et c’est alors qu’il reçoit de plein fouet le coup fatal. Percuté par l’engin lourd, il est trainé sur le bitume sur une plusieurs mètres et en décède sur le champ.

Choqués par l’acte, des jeunes du quartier s’opposent à tout passage de véhicule sur la voie. Ce qui provoquera un monstre embouteillage entre le quartier Gbessia Kondébounyi et l’aéroport de Conakry. Ce, pendant plusieurs heures.  Cet énième accident vient ainsi allonger la liste des victimes des routes de Conakry depuis l’instauration du nouveau trafic routier qui consacre les deux principales voies de l’autoroute à la descente les matins et à la remontée les soirées. Et, relance le débat sur le laxisme des autorités qui, après chaque accident, ordonnent l’interdiction aux engins lourds de circuler avant 20 heures la nuit.

Mais appuyés par des corps habillés qui les escortent jusqu’à leur sortie de la capitale, ces camionneurs transgressent ces lois au vu et au su des autorités sous l’œil impuissant des citoyens. A cette allure des choses, les populations se demandent si ce n’est pas le permis à tuer qu’on leur a délivré en lieu et place du permis de conduire.

Mady Bangoura, pour VisionGuinee.Info

00224 664 294 851

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de VisionGuinee.info