Ultimate magazine theme for WordPress.

Alpha Condé et l’indignation sélective de ‘’cadres malinkés’’ du RPG

2

Alpha conde[dropcap]A[/dropcap]près la récente conférence de presse lors de laquelle il a laissé flotter  l’intention d’une suppression de la limitation constitutionnelle des mandats présidentiels, Alpha Condé a été  informé par les services de renseignements  sur l’opposition de cadres du RPG à son ambition de pérenniser son pouvoir au-delà de 2020. Sa réaction ne s’est fait pas attendre.

Lors du soi-disant anniversaire de son retour « héroïque » d’exil en Guinée, il se lance dans ses tirades habituelles dont l’une contre «les cadres malinkés» qu’il traite d’opportunistes et «des cadres les plus malhonnêtes de la Guinée ». En réaction, à cette bourde calculée, qui figurément et comme à l’accoutumé s’attaque à toute une communauté, un groupe de parlementaires du RPG a riposté par une lettre ouverte au président de la république.

Notre organisation condamne fermement les injures d’Alpha Condé contre la communauté mandingue. En même temps, nous notons que les cadres qui ont signé la lettre à M. Alpha Condé font preuve d’une myopie politique et d’un ethnocentrisme aussi ruineux que celui du président. Dans un aveu maladroit  qui fera histoire, ils rappellent que sans la loyauté indéfectible  des leurs, Alpha Condé n’aurait jamais pu se hisser à la magistrature suprême de notre pays.  Ils se font les porte-paroles offensés de la communauté malinké «dont les valeurs cardinales sont le courage, l’honnêteté et la fidélité à la parole donnée» qu’Alpha Condé aurait insultées. Ces caciques politiques devraient savoir que ces valeurs sont partagées et revendiquées par toutes les communautés humaines.

Plus que la forme légère de la lettre, ce sont ses motivations qui amènent Pottal-Fii-Bhantal Fouta-Djallon  à y répondre. Le président Alpha Condé a habitué les guinéens à des discours d’apparence incohérente et anachronique. Ces discours sont toujours teintés de provocations personnelles ou d’insultes à caractère ethnique qui ne font jamais la distinction entre un adversaire politique et son ethnie. Le but de ces provocations est de créer la confusion et des dissensions dans les rangs des guinéens afin d’échapper à la vigilance citoyenne et ainsi créer les conditions d’un règne  à vie. Leur conséquence inévitable c’est la misère qui, par ricochet, absorbe les citoyens dans des efforts de survie qui noyautent la volonté de changement politique.

Les injures faites aux cadres malinkés par Alpha Condé font partie de cette logique.  Elles s’inscrivent aussi  dans une longue série d’insultes aux autres ethnies. Les auteurs de la lettre rappellent qu’aucun politicien n’a le droit de s’attaquer à une ethnie. Toutefois, sur les injures passées de M. Alpha Condé, ciblant d’autres ethnies comme les forestiers et les peuls, on n’a entendu aucune réaction des parlementaires et cadres du RPG.

L’indignation de ces cadres au nom de l’ethnie malinké est d’autant plus inacceptable qu’ils ont été des complices actifs d’Alpha Condé dans son entreprise de division et de violence politique pour s’emparer et garder le pouvoir. Certains membres de cette ligue sont de ceux qui ont créé et entretenu une mythologie autour de M. Alpha Condé, en dépit de  son incurie avérée et de son passé sombre, connu de beaucoup.

Par des calculs bassement ethniques, ils l’ont affublé d’un titre universitaire mensonger de professeur. Ils  lui ont créé une terre natale dans une région d’adoption dont il ne connait ni les contours géographiques, ni les us et les coutumes, avec une attache conjugale à la clé.  Durant les six dernières années de son règne, aucun de ses cadres n’a trouvé matière à objection aux agissements de M. Alpha Condé.

Ils ne font pas la moindre allusion aux pogroms de 2010 contre les citoyens peuls en Haute Guinée, suite aux rumeurs d’empoisonnement d’eau dont ils connaissent les commanditaires, s’ils ne furent pas parmi les initiateurs. Il en est de même des assassinats de dizaines de citoyens exerçant leur droit de membre de l’opposition ou de hauts-fonctionnaires qui auront marqué leur réticence contre les politiques du gouvernement.

Durant les massacres de Zogota, de Womey, le kidnapping et l’assassinat de jeunes dans un camp militaire à  Soronkoni etc., ces cadres aujourd’hui offusqués  d’être traités d’opportunistes et de corrompus, auront observé un mutisme coupable, s’ils n’ont pas accusés ceux qui élevèrent la voix de «jouer la carte de la victimisation»  ou d’être des «saboteurs» de la politique de leur leader.

Ils se sont accommodés de la présence de militaires accusés de crimes contre l’humanité dans le gouvernement alors que des victimes guinéennes souffrent dans l’anonymat. Ils sont restés sourds aux  doléances de citoyens et les plaidoyers des ONG pour des enquêtes sérieuses sur ces crimes dont l’ombre compromet toute chance de sortie de crise de notre pays. Plutôt, ils ont suscité des associations concurrentes, des infiltrations d’agents et des campagnes de dénigrement pour saborder et noyauter toutes les associations qui, comme Pottal-Fii-Bhantal, travaillent à éradiquer l’impunité dans notre pays.

Qu’est-ce qui explique alors les réactions de ces parlementaires qui ont toujours brillés par leur complicité active avec Alpha Condé ?  Plus que les injures, c’est le second ballon d’essai de modifier la limite des mandats présidentiels qui contrarie les ambitions de maints caciques politiques tapis dans les rangs du RPG  et ses alliances. Cette perspective explique leurs réactions courroucées.  Elle met en question des calculs de plusieurs années par lesquels ces réseaux de cadres de l’administration veulent garder la haute-main sur les affaires du pays, par la discrimination ethnique.

Le camouflage des politiques de règne par la misère et la division, créées et soutenues par certains des signataires de cette lettre, derrière des valeurs d’une communauté nationale est une insulte à l’ethnie malinké. Contre cette conspiration permanente qui maintient notre pays dans l’ornière de la faillite, il n’y a que l’engagement sans faille dans le  combat contre l’impunité et l’état de droit. Cet à quoi nous invitons tous les citoyens à travers notre programme Justice in Guinea.

La commission  centrale de Pottal-Fii-Bhantal Fouta-Djallon

2 commentaires
  1. SORY dit

    Pottal fii bhantal, est la principale organisation fasciste, raciste, ethnocentrique et haineuse en GUINEE.
    Depuis sa création, elle ne fait que des actions raciste contre les malinkés en les insultants sous couvert de son soit disant combattre le ROI DES PEULS qu’est M.CONDE ALPHA PRESIDENT DE LA GUINEE .
    Par ailleurs, je j’ordonne à pottal fii bhantal de réunir tous les kawou foulanin de Adouna de migrer en GUINEE MANDINGUE et voter pour un de leurs, après tout il sera (leurs candidat) sera écrasé par n’importe quel autre candidat non peul.
    Quand a votre mythos le ptit celou, il ne sera jamais élu président car son seul soutien est son village ou il na rien pondu et les mouton peuls qui le suivent .

    1. MOUCTAR dit

      Je déteste votre manière ethnocentriste de voir les problèmes de la guinee ;votre radio n’est pas contre alfa parce-que il est comme ce que vous le qualifié mais parce-que il est malinke; personne n’a été persécuté en haute guinee à cause de son ethnie mais les gens ont réagi leur ras le bol face à la violence que les gens ont voulu transporter chez eux ;en revanche beaucoup de gens ont été attaqué au foutah.Mes parce-que ils ne votaient pas cellou .Nous n’avons aucune leçon à recevoir de vous.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de VisionGuinee.info