Ultimate magazine theme for WordPress.

Après la reprise des relations avec l’État d’Israël : des interrogations subsistent

0

Capture[dropcap]L[/dropcap]e gouvernement guinéen a annoncé le mercredi 20 juillet dernier avoir renoué les relations diplomatiques entre la Guinée et l’État d’Israël, après 49 ans de rupture. Une décision qui suscite des interrogations, d’autant que la Guinée est perçue comme un fidèle allié du monde arabe.

La reprise des relations diplomatiques entre la Guinée et l’État d’Israël continuent de défrayer la chronique dans la cité. Il faut rappeler qu’à l’issue de cette reprise, le gouvernement s’est fendu d’un communiqué laconique indiquant que cette décision a été prise « dans le but de développer et de renforcer les liens d’amitié et de coopération entre les deux pays sur la base des principes universellement reconnus du droit international ».

Le gouvernement guinéen a annoncé dans la foulée que « les accréditations d’ambassadeurs et les aspects pratiques de coopération entre les deux États sur la base de leurs intérêts pour la paix et la compréhension entre les nations, feront l’objet de discussions supplémentaires par le biais des canaux diplomatiques normaux ».

Certains observateurs se demandent si ce n’est pas la realpolitik qui a prédominé dans la démarche du président Condé. Lui, qui était récemment en Russie, dans le cadre du raffermissement des relations entre son pays et Moscou. Il y a à se demander aussi si la Guinée ne va pas s’aliéner ses partenaires arabes, dont l’apport en termes de flux financiers est non négligeable. Autant d’interrogations qui restent sans réponse pour le moment.

Même si le chef de l’État a profité d’une de ses récentes sorties pour dire quelques mots sur cette relance de la coopération avec Israël. Pour lui, « la Guinée a soutenu la Palestine depuis l’indépendance pour la création de son État. Cette position ne va pas changer. Avec l’Arabie-Saoudite nous sommes dans la même coalition contre le terrorisme. Mais cela ne doit pas nous éloigner d’autres pays comme l’Israël qui respecte notre souveraineté. Demain, les Iraniens aussi seront là, si c’est pour le bonheur de la Guinée, je le ferais », a-t-il souligné.

À noter que lors de sa tournée sur le continent, le Premier ministre Benyamin Netanyahou avait annoncé le 7 juillet dernier à Addis-Abeba en Éthiopie, que son pays revenait en Afrique par la grande porte. Dans la même lancée, Benyamin Netanyahou avait dit qu’il voulait voir tous les pays africains représentés par une chancellerie en Israël. C’est dans cette optique que se situe cette reprise des relations entre la Guinée et l’État d’Israël.

Après 49 ans de rupture provoquée par la guerre des six jours, qui avait opposé Israël et ses voisins arabes. Après la Guinée, le Tchad vient à son tour de renouer avec l’État hébreu.

Par Aliou Sow, dans L’Indépendant

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de VisionGuinee.info