Ultimate magazine theme for WordPress.

Bah Oury à l’ANAD, au RPG Arc-en-ciel et Cie : ‘’il faut savoir ce qu’on veut’’

0

Dans une déclaration conjointe publiée mercredi, l’Alliance nationale pour l’alternance démocratique (ANAD), le RPG Arc-en-ciel et alliés, la branche politique du FNDC et la Convergence pour la renaissance de la démocratie (CORED) ont rejeté le cadre de dialogue inclusif mis en place par le colonel Mamadi Doumbouya.

Ces coalitions estiment que seuls la CEDEAO et son médiateur désigné Yayi Boni peuvent lever tous les obstacles qui entravent la confiance entre les prenantes au dialogue.

Elles exigent un cadre de dialogue crédible qui mettra en face le CNRD, le gouvernement et les acteurs sociopolitiques qui ont des revendications sur la conduite de la transition, ajoutant que le dialogue doit se dérouler en présence du G5 et sous la supervision du médiateur de la CEDEAO.

L’ancien ministre de la réconciliation nationale invite les responsables de l’ANAD, du RPG Arc-en-ciel, du FNDC Politique et de la CORED à revoir leur copie.

‘’Les revendications de certains partis ont été pris en compte par le décret du colonel Doumbouya. Il y a eu beaucoup de changements dans la définition du cadre de dialogue. Pour nous, l’essentiel, c’est de se retrouver autour de la table pour se parler. Il faut discuter pour apporter des solutions afin d’avancer’’, souligne Bah Oury.

‘’Il faut savoir ce qu’on veut. Depuis très longtemps, l’inclusivité du cadre de concertation a été mis en exergue. Il s’avère que certains ne veulent pas de cela. Ils veulent un tête-à-tête entre eux et le CNRD comme si on était au temps d’Alpha Condé avec des accords politiques signés par-ci et par-là, parfois en contradiction avec les principes de la loi. Ils sont nostalgiques de ces périodes alors que les choses doivent changer’’, ajoute-t-il.

Sélectionné pour vous :  Kassory Fofana : ‘’il y a des partis qui ont fait de la violence une arme de conquête du pouvoir’’

Dans « On refait le monde », Bah Oury dit à qui veut l’entendre que nul n’a le monopole de la vérité.

‘’Ils doivent se rendre compte que les principes veulent que dans une période de transition, nul n’a le monopole de la vérité. Il faut accepter de se concerter pour que les meilleurs idées, susceptibles de conforter l’intérêt national, soient prises en compte. Il ne faut pas être figés’’, conclut-il.

Aissatou DIALLO, pour VisionGuinee.Info

00224 621 82 08 53/aissatou.diallo@visionguinee.info

Place this code at the end of your tag:
Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de VisionGuinee.info