Ultimate magazine theme for WordPress.

Bah Oury aux chefs d’Etat africains : ‘’Faire des routes, bâtir des ponts ne serviront à rien, si la paix n’est pas là’’

0

Représentant le général Mamadi Doumbouya à Nairobi au Sommet sur le développement en Afrique, le Premier ministre a plaidé pour des politiques prenant en compte de deux sujets majeurs dans les stratégies de financement du processus de développement du continent.

Dans sa prise de parole, le chef du gouvernement a évoqué deux sujets qui, à ses yeux, sont ‘’très importants et doivent être pris en compte dans cette réunion’’.

‘’Il y a la question climatique qui est déjà un sujet qui montre ses effets à travers la crise du Sahel. Depuis de longues années, la sécheresse fait que la population traditionnellement à la lisière du Sahara descendent vers le sud. Et de ce point de vue, ça crée des conflits entre éleveurs et agriculteurs. Une bonne partie de nos forces vives sont en train de s’expatrier. La population jeune qui meurt dans le Sahara ou dans la Méditerranée, tandis que d’autres vont vers l’Amérique. C’est un sujet pénible’’, souligne-t-il.

Bah Oury poursuit en indiquant qu’au moment où l’humanité peut envoyer des fusées sur  des comètes, ‘’il n’est pas du tout admissible que des populations meurent, que des enfants ne noient dans la mer tout simplement parce qu’ils n’ont pas le droit d’avoir des perspectives heureuses dans leur pays’’.

Il se dit plus que jamais convaincu que ‘’si on veut le développement, il faut favoriser les facteurs de cohésion, de paix et de solidarité entre les différentes communautés. Sans cela, bâtir de projets de développement, faire des routes, bâtir des ponts ne serviront à rien, si la paix n’est pas là’’.

Le locataire du palais de la Colombe déplore le fait que ‘’l’arc de déstabilisation qui part de l’Atlantique vers la mer Rouge est une réalité qui fait que l’Afrique est aujourd’hui plus marquée par des guerres, des conflits, des populations qui s’expatrient ou par des réfugiés’’.

Il estime que l’IDA, institution de la Banque mondiale, devrait mettre ces sujets en relief. Parque, à l’en croire, au-delà de toute considération, ‘’c’est la sécurité de l’Afrique et du monde qui est interpellée’’.

Bah Oury plaide pour des financements en vue de renforcer la résilience, les facteurs de cohésion qui sont des questions à mettre en avant en vue de construire un avenir de paix et de stabilité pour la grande majorité des africains et du monde.

Boussouriou Doumba, pour VisionGuinee.Info

00224 622 98 97 11/boussouriou.bah@visionguinee.info

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de VisionGuinee.info