Ultimate magazine theme for WordPress.

De la nécessité d’une politique d’aménagement du territoire au vu de Kaporo-rails

0

[dropcap]L[/dropcap]es actions de déguerpissement et de démolition en cours à Kaporo-rails, dans la commune de Ratoma ne doivent pas seulement indigner certains ou réconforter d’autres, selon les raisons défendues par-ci, par-là. 

Cette situation doit aussi et surtout interpeller les décideurs guinéens, quant à l’impérieuse nécessité de l’élaboration de politiques innovatrices en matière d’aménagements du territoire national de manière harmonieuse et équilibrée.

En effet, Conakry ne doit pas être le seul endroit en Guinée devant bénéficier d’aménagements. La promotion de la construction d’infrastructures dans les autres villes du pays, doit s’inscrire véritablement dans la vision et le projet de tout gouvernement guinéen.

Aujourd’hui, nous pouvons constater que Conakry, dans sa transformation physique des 30 dernières années, n’a pas su s’adapter aux contraintes liées à l’urbanisation, à la surpopulation, à la modernisation et à l’accroissement des besoins de ses habitants. L’Etat guinéen a lamentablement échoué dans sa politique de développement de la capitale.

Cette métropole abrite l’essentiel des services administratifs et financiers du pays. L’unique principale ville de la Guinée concentre toutes les infrastructures économiques, culturelles et sportives: le port, le seul aéroport international opérationnel, les seuls stades gazonnés du pays; ne pourra pas supporter tout ce poids de façon durable.

L’explosion démographique de cette ville est partiellement due au manque criard d’opportunités, à la pauvreté, à la misère, au taux élevé de chômage…qui affectent le reste du pays. L’exode rural et la migration vers la capitale contribuent à l’asphyxiation progressive de la capitale Conakry mal équipée, insalubre, mal lotie et très restreinte. La négligence ou la non priorisation du développement local dans les régions de l’intérieur du pays montre l’urgence du besoin pour faire face à cette problématique, à court et moyen termes.

Sélectionné pour vous :  En Guinée, certains oublient vite !

C’est peut-être le moment d’organiser une sorte d’états généraux de l’habitat, de l’aménagement du territoire…Le gouvernement doit consulter l’avis et l’expertise des géographes, architectes, urbanistes, géologues, ingénieurs…pour l’identification d’un site, d’une localité stratégique du pays, répondant aux normes pour éventuellement bâtir une nouvelle capitale politico-administrative. Ceci dans le but d’un réaménagement adéquat de Conakry pour en faire quasi exclusivement, un géant pole économique, commercial et financier du pays.

Il y a plusieurs nations Africaines ayant des capitales économique et politique : Le Cameroun avec Douala et Yaoundé, le Benin avec Cotonou et Porto Novo, Le Nigeria avec Lagos et Abuja, la Côte d’Ivoire avec Abidjan et Yamoussoukro, L’Afrique du Sud avec Johannesburg et Pretoria… Le Sénégal quant à lui, se dote d’une nouvelle ville Diamniadio pour désengorger Dakar. Donc c’est possible pour la Guinée de faire des réalisations pareilles, pourvu que le pragmatisme et la volonté politique soient au rendez-vous.

Parallèlement, aux alentours de Conakry et un peu partout dans les autres régions, peuvent être délocalisés certains services de l’Etat. Par exemple, des agences et directions nationales installées dans chacun des chefs-lieux des 8 gouvernorats du pays. Imaginons par exemple Kankan qui abrite la direction nationale de l’environnement; Nzérékoré celle de l’agriculture; Labé celle de l’élevage; Kindia celle du tourisme; Boké celle des mines; Mamou celle du commerce; Faranah celle de l’industrie…tout en encourageant certaines compagnies et sociétés à installer leurs sièges sociaux à l’intérieur du pays. Il faudra aussi penser à ériger des zones économiques spéciales un peu partout dans le pays.

Dans cette optique, l’organisation de la coupe d’Afrique des Nations 2025 confiée à la Guinée présente une aubaine pour combler le déficit infrastructurel de la nation. Nous espérons que l’Etat s’y mettra, le plutôt possible pour se conformer au cahier des charges pour la réalisation du projet dans sa globalité.

Sélectionné pour vous :  La foire aux empoignades, à l’heure du remaniement !

La balle est dans le camp des décideurs, à eux de savoir bien jouer leur partition.

Almamy Kemo

Place this code at the end of your tag:
Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de VisionGuinee.info