Ultimate magazine theme for WordPress.

Diomaye, au bénéfice du doute ! (Par Tierno Monénembo)

0

La présidentielle que vient de vivre le Sénégal n’est pas une simple élection. C’est un profond bouleversement, une révolution tranquille qui abat bien de vieilles choses et ouvre des perspectives toutes nouvelles. Car l’alternance au pouvoir ne se réduit pas à un simple changement de binette. Il s’agit d’un phénomène radical qui touche le cœur même de la société : une alternance de classe doublée d’une alternance de génération.

Tout est nouveau. La jeunesse a fait irruption dans les sphères de l’Etat. La petite bourgeoisie coloniale n’a plus le monopole du pouvoir. Les petits Prométhée des quartiers populaires ont arraché le feu des mains des dieux. Un air de « lutte finale » flotte en ce moment dans les rues de Dakar. C’est déjà une rupture, on verra bien par la suite, celles qu’on nous promet.

Personne n’a le droit de priver les Sénégalais de l’enthousiasme qui est le leur aujourd’hui. Pour rien au monde, ils ne doivent bouder leur plaisir. Ils ont déclenché un mouvement historique, un mouvement ample qui impacte sinon l’ensemble du continent du moins, une bonne partie de la région. A juste titre, la jeunesse africaine a les yeux tournés vers Diomaye et Sonko.  Nous n’irons pas jusqu’à dire que les nouveaux dirigeants sénégalais n’ont pas droit à l’erreur, mais il est clair que leur responsabilité est lourde, que leur tâche ne sera pas  de tout repos. La demande est immense aussi bien en essor économique qu’en éthique politique. Il leur faudra beaucoup de courage, beaucoup de lucidité, beaucoup de force intérieure pour ne pas faillir entre les demandes à satisfaire, les défis à relever et les pièges à éviter.

Nous disons bien piège, car l’enthousiasme qui nous gagne ne nous protège pas de toute appréhension. Les hommes arrivés au pouvoir sur le dos du peuple sont légitimes et ne serait-ce que pour cela justement, difficiles à gérer. Si on l’on y prend garde, ces héros deviennent vite des tyrans. Ils confondent facilement plébiscite et pouvoir absolu.

Si la démocratie a tant de mal à avancer dans nos contrées, c’est certainement parce que nous n’avons pas encore tiré la leçon Sékou Touré et Papa Doc, les deux tyrans qui suscitent le sentiments les plus violents, les plus contradictoires dans le monde noir : légitimes, tous les deux, parce que  brillamment élus, tous les deux, ils ont fini par croire qu’ils avaient droit de vie de mort sur leurs concitoyens.

Plus que jamais, les institutions sénégalaises doivent fonctionner. Plus que jamais, l’opposition, la société civile et les forces religieuses doivent veiller au grain. C’est à elles de faire en sorte que ces doux agneaux dont nous applaudissons aujourd’hui la victoire, ne deviennent pas des bourreaux, que cette fois-ci, le rêve africain ne vire pas au cauchemar.

Ne gâchons pas la fête, Africains ! Ce n’est pas le moment de nous taper deux nouveaux Sékou Touré pour le prix d’un. Le Sénégal nous offre une occasion en or. Si nous la ratons, c’en serait fini de l’idéal africain. Nos intellectuels ont tendance, dans les moments les plus historiques, à renoncer à leur esprit critique, à céder au jeu facile de la démagogie et de l’auto-satisfaction. Ils ont besoin de héros, les pauvres : des héros au moindre coût, des héros sans se fouler la cheville. Disons-nous enfin la vérité, nos tyrans ne tombent pas du ciel, ce sont nos élites qui les fabriquent.

Alors, Diomaye oui, mais au bénéfice du doute !

Tierno Monénembo

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de VisionGuinee.info