Ultimate magazine theme for WordPress.

Evènements du 4 novembre : le ministre Idi Amin rend visite aux blessés et présente ses condoléances aux familles éplorées

0

Suite à l’attaque de la maison centrale de Conakry et les évènements qui ont suivi, il est difficile pour le moment de dire avec exactitude le nombre de blessés et de morts. Le ministre d’Etat en charge de la défense nationale Aboubacar Sidiki Camara alias Idi Amin, en compagnie des ministres Bachir Diallo de la sécurité, Moussa Cissé de l’économie et des finances, Mory Condé de l’administration du territoire et Pèthè Diallo de la santé, s’est rendu au chevet des blessés admis à l’hôpital national Donka.

Le général à la retraite Aboubacar Sidiki Camara affirme que sa visite vise à apporter ‘’le soutien nécessaire pour soigner nos frères et sœurs qui sont blessés et présenter les condoléances les plus attristées du chef de l’Etat aux familles éplorées qui sont sa famille en tant que père de la nation’’.

Le ministre de la défense nationale rassure que ‘’toutes les dispositions seront prises pour assister les familles. Le ministère de la justice prendra toutes les dispositions pour mener des enquêtes afin d’élucider l’opinion nationale et internationale’’.

Présent aux côtés du ministre de la défense, le ministre Pèthè Diallo a ‘’remercié le président Mamadi Doumbouya pour avoir dépêché une importante délégation ministérielle pour venir s’enquérir de l’état de santé de nos compatriotes victimes des malheureux évènements de ce samedi 4 septembre’’.

Le chef du département en charge de la santé et de l’hygiène publique rapporte au micro de la DIRPA que ‘’nous avons vu nos compatriotes blessés, reçu des explications du corps médical de l’hôpital Donka, le ministre d’Etat et sa délégation ont exprimé l’empathie et les encouragements du chef de l’Etat et rassuré que le gouvernement est à leur chevet’’.

Devant un parterre de journalistes, Aly Badara Touré a accusé un élément des forces spéciales postés au pont 8 novembre d’avoir ouvert le feu sur une ambulance à bord de laquelle se trouvaient son frère et sa famille.

‘’A 5h du matin, mon grand-frère quittait l’hôpital d’Entag avec sa famille pour se rendre à l’hôpital Ignace Deen. Il était avec sa femme, son enfant, un docteur et le chauffeur. Au niveau du pont du 8 novembre, un officier des forces spéciales leur a demandé de s’arrêter. Ils se sont arrêtés. Quand il est venu, sans même leur demander où ils vont, il a tiré sur l’enfant, le chauffeur et le docteur’’, précise-t-il.

‘’Paniqué, mon grand-frère a pris l’enfant pour l’envoyer à l’hôpital Donka. Il a fait un accident en cours de route. Il est gravement blessé. Ils ne sont pas là pour nous tuer. Ils sont là pour nous protéger. Ils ont vu un enfant à bord du véhicule. Normalement, ils devaient avoir pitié de l’enfant’’, souligne M. Touré.

A l’en croire, l’enfant, le chauffeur de l’ambulance et le médecin ont succombé à leurs blessures.

Pathé BAH, pour VisionGuinee.Info

00224 621 77 38 52/bahpathe17@gmail.com

Place this code at the end of your tag:
Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de VisionGuinee.info