Ultimate magazine theme for WordPress.

Face aux accusations, le colonel Tiegboro craque à la barre : ‘’Tout est fait pour me nuire, je regrette d’être allé à l’anti-drogue’’

0

Ancien ministre chargé de la lutte contre la drogue, le banditisme et les crimes organisés, le colonel Moussa Tiegboro Camara continue d’affronter ses accusés au procès du massacre du 28 septembre. Cet officier supérieur radié des effectifs de l’armée dénonce un complot pour tenter de le nuire.

Lors de la phase de confrontation, une victime du massacre du 28 septembre soutient que le colonel Tiegboro Camara avait indiqué aux militants qu’ils couraient des dangers en se rendant au stade de Conakry.

En guise de riposte, l’ancien patron des services spéciaux de lutte contre la drogue assure que ‘’ce sont des fabrications. Tout est fait pour me nuire, je regrette d’être allé à l’anti-drogue parce que tout le problème vient de là-bas. Je n’ai rien fait pendant les évènements sud 28 septembre à part sensibiliser et revenir sauver des gens. Pour moi, cela ne constitue pas une infraction. Il dit qu’en venant chez Jean Marie Doré, j’ai dit : ‘n’allez pas au stade, ce n’est pas bon’. Tout ça a été monté. Face à des gens qui n’ont pas été à l’école, tu dis un mot, on ne cherche pas à savoir comment on aboutit à un mot, ils reviennent avec un seul mot. Depuis combien de jours, chacun dit un mot qui n’est propre qu’à lui ici’’.

Une autre victime raconte que ‘’Tiegboro a dit à Mouctar Diallo qu’il est son petit. Après Mouctar a dit : ‘Je suis petit, mais je suis responsable quelque part. si vous n’avez pas confiance, enlevez votre tenue, on va faire un face-à-face’’.

‘’M. le président Mouctar Diallo n’est pas mort, il est aux États-Unis. C’est un ami, un frère, on se côtoyait bien. Ce qu’il dit est trop enfantin, je ne peux pas rester dans des histoires comme ça (…). Mouctar a tout expliqué sur les réaux sociaux. Si on tenait compte des mots qu’il a tenus, je ne serais même pas dans le box des accusés. Je suis là et je sais pourquoi. Si je suis là, ce n’est pas des histoires du 28 septembre’’, estime l’ancien patron de la lutte contre la drogue et le grand banditisme.

Abdoulaye Bella DIALLO, pour VisionGuinee.Info

00224 628 52 64 04/abdoulbela224@gmail.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de VisionGuinee.info