Ultimate magazine theme for WordPress.

Incendie au dépôt de carburant de Kaloum : 24h après les faits, les engins roulants se font de plus en plus rares dans la circulation

0

Suite à un feu d’origine inconnue, le principal dépôt d’hydrocarbures de Conakry est parti en fumée lundi, mettant les guinéens dans une situation de paralysie. La fermeture des stationsservice est parmi les mesures prises par les autorités qui sont en quête de solutions. 

Un peu plus de 24 heures après les événements dans lesquels au moins 14 guinéens ont perdu la vie, les guinéens commencent à s’inquiéter.

Un constat fait par un reporter de VisionGuinee dans la matinée de ce mardi 19 novembre, révèle que le prix du tronçon dans les taxis est passé de 2000 à 3000 GNF, voire même 4000 GNF par endroits.

Seuls quelques taxis et minibus sont visibles dans une circulation très fluide et les carrefours sont bondés de personnes désireuses de se déplacer.

Les stations-service restent fermées et le carburant se vend à des prix exorbitants. Une denrée très rare qui n’est visible qu’avec des vendeurs du marché noir qui profitent de la situation pour proposer le prix du litre à leur guise.

Naby Moussa Camara du syndicat des transporteurs que nous avons trouvé au carrefour de la cimenterie, prie pour le repos de l’âme des disparus et présente ses condoléances aux familles éplorées.

‘’La situation dans laquelle nous nous trouvons, concerne tous les guinéens, mais c’est un volonté de Dieu. Donc je n’ai pas grand chose à dire. Si une telle situation survient, on ne peut que prier Dieu afin qu’on sorte de la situation. Que Dieu aide les autorités à trouver une solution rapide au problème parce que beaucoup de guinéens souffrent depuis hier. Les gens vivent au quotidien, mais prions Dieu que ça aille mieux’’, a-t-il déclaré.

Assis aux côtés M. Camara, un autre syndicaliste assure que ce sont les guinéens qui se créent eux-mêmes des problèmes. Il dénonce le comportement de ceux qui fixent de façon fantaisiste le prix du carburant. ‘’Certains vendent le litre à 20 mille et d’autres à 30 mille GNF. Est-ce-que cela est normal ?’’, s’interroge-t-il.

Au carrefour de la Transversale 7 (T7), nous avons trouvé un grand nombre de chauffeurs de taxis qui, à défaut de pouvoir travailler à cause du manque de carburant, engagent des discussions sur des sujets d’actualité.

Plusieurs d’entre eux ont quand-même exprimé des inquiétude de voir cette situation perdurer.

Abdoulaye Bella DIALLO, pour VisionGuinee.Info

00224 628 52 64 04/abdoulbela224@gmail.com

Place this code at the end of your tag:
Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de VisionGuinee.info