Ultimate magazine theme for WordPress.

La Fondation Mohammed VI des oulémas africains est née !

0

mohamed vi[dropcap]S[/dropcap]a Majesté, le Roi Mohamed VI, Commandeur des croyants, entouré d’un cercle de théologiens et d’éminences grises venus d’Afrique a présidé  la grande cérémonie d’installation solennelle du Conseil Supérieur des Oulémas africain. L’évènement  qui a eu pour cadre le décor somptueux de l’Université Al Qaraouiyin de Fès, le 14 juin 2016 dernier fera date dans l’histoire du rayonnement de l’islam sur le Continent noir.

Cet évènement marque le baptême de feu de la Fondation Mohammed VI,  regroupement des oulémas d’une trentaine de pays africains se fixant pour Objectif principal : la préservation d’un islam tolérant contre les déviations et l’extrémisme en vue de garantir la stabilité et le développement de ces pays.

Elle offre, en effet,  un cadre institutionnel au sein duquel les quelques 120  penseurs, théologiens, autorités morales ou religieuses en provenance d’une trentaine de pays africains et du Maroc vont se côtoyer et agir de manière circonstanciée pour promouvoir un modèle tolérant de gestion du fait religieux englobant la pensée, l’encadrement et les pratiques appropriées. Un espace convenu de « partage de la sagesse en matière de gestion religieuse ».

De l’avis des observateurs avertis, cette fondation d’oulémas est une des réponses pratiques pour ne pas dire, un rempart de dressé contre l’influence grandissante des thèses extrémistes et face à la poussée du fondamentalisme religieux, terreau fertile du terrorisme qui menacent le monde et singulièrement l’Afrique, déjà fortement éprouvée par la pauvreté et la précarité et maintenant secouée dans sa stabilité et son intégrité.

En lançant cette initiative à Fès, le souverain chérifien a clairement définit les attentes, celles d’assurer « l’encadrement scientifique, à travers la contribution des oulémas à la prédication basée sur la voie du juste milieu… organiser l’enseignement religieux …pour couper court à toute tentative d’embrigadement prêchant la haine ou servant des intérêts malveillants » soulignera-t-il.

Promouvoir un islam tolérant, organiser l’enseignement religieux et galvaniser la production intellectuelle et scientifique

Garant d’un islam tolérant et déterminé à donner un contenu à la dimension religieuse, culturelle et cultuelle du partenariat stratégique entre le Maroc et  l’Afrique sub saharienne, le Roi Mohamed VI a décidé depuis 2015 de la création de cette fondation à l’effet d’agir vite et bien pour unifier et coordonner les efforts des oulémas au Maroc et dans les autres pays africains afin de faire connaître, diffuser et consacrer les valeurs de paix et de tolérance que porte l’islam.

Le but ultime de l’initiative étant de faire en sorte que la pratique de la religion musulmane soit prémunie de l’ignorance, de la déviation et de l’extrémisme socle de certains discours enflammés et des prêches radicales tenus (de plus en plus) dans beaucoup de mosquées et centres de formations en Afrique. La fondation Mohammed VI se doit aussi et surtout de donner une impulsion nouvelle à la dynamique de la production intellectuelle, scientifique et culturelle dans le champ religieux islamique.

Eclairer les fidèles, les mettre à l’abri des discours déviationnistes et prêches radicales

En effet, sous l’impulsion de sa Majesté le Roi Mohamed VI, Commandeur des croyants,  le Maroc a réussi depuis 2003 la réorganisation de son champ religieux avec la formation des imams, l’unification du culte etc. Ce modèle innovant et conciliant pour un islam moderne, tolerant et de paix a séduit en Europe. Et comme le Maroc revendique ses racines africaines, il était donc temps de partager cette initiative découlant d’une expérience avec les frères africains confrontés à la menace de l’extrémisme et du terrorisme soutenue par des groupuscules et des mouvements.

Sur le plan opérationnel, la Fondation Mohammed VI des oulémas africain dispose de la possibilité de créer des sections de l’Institution dans les différents pays. Des structures locales qui seront régies selon la législation et le contexte propres à chaque pays.

Des antennes locales dans chaque pays

La Fondation ambitionne aussi « d’encourager la création de centres et d’institutions religieux, scientifiques et culturels, et d’assurer le renouveau du patrimoine culturel africain islamique commun à travers sa vulgarisation, sa diffusion et sa préservation. Elle peut nouer des contacts et des relations de coopération entre les associations et les institutions ayant des centres d’intérêt commun, et pourrait avoir des sections en dehors du Maroc ». Symbole fort et volonté affirmée pour la réussite de ses activités, l’institution est présidée par sa Majesté, le Roi Mohamed VI et le Ministre marocain des Habous et des Affaires Islamiques est son présidant délégué.

En son sein, figure des femmes (alimates) symbole de reconnaissance du « rôle prépondérant que joue la femme dans les pays africains… connue par sa forte religiosité, son imprégnation spirituelle, et la grande responsabilité qu’elle assume dans l’éducation des générations aux hautes valeurs, avec dévouement et abnégation ». D’ailleurs sur les 120 membres de la fondation, on compte 17 femmes venues du Tchad, du Sénégal, du Burkina, du Ghana, du Mali, du Nigeria et du Maroc

Lors du lancement officiel de la Fondation des Oulémas africains à Fès le 14 juin 2016, il y avaient parmi les illustres invités des sommités africaines notamment le Sénégalais, Pr Ravane Mbaye, lauréat du Prix Ibn Khaldoun-Léopold Sedar Senghor 2012, l’historien malien, Abdoul Zouber qui s’est illustré dans la sauvegarde des manuscrits de Tombouctou, d’Ismael Oceni Ossa, Président du Conseil Supérieur des Affaires Islamiques du Gabon, du Burkinabé, Boubacar Doukouré, guide Spirituel et du guinéen, Elhadj Ibrahima Sylla du Secrétariat général des Affaires religieuses.

Outre Elhadj Ibrahima Sylla, la Guinee a été représentée a Fès par deux autres personnalités religieuses : Elhadj Mohamed El Badrou Bah, Mohamed Khazaliou et Elhadj Algassim Cissé. Ces délégués guinéens vont constituer les points d’appui (point focal) de la Fondation Mohamed VI des Oulémas africains en Guinée.

En Guinee, le Secrétaire général des Affaires religieuses a salué la mise en place de cette fondation avec des relais locaux. Pour ElHadj Abdoul Karim Diabaté, son département « mettra tout en œuvre pour appuyer les activités des points focaux de nature à développer l’enseignement religieux et à promouvoir un islam tolérant en Guinée ».

Ibrahima Ahmed BARRY

Journaliste-Consultant

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de VisionGuinee.info