Ultimate magazine theme for WordPress.

La police des mœurs déclare la guerre à des artistes : ‘’ils orientent leurs chansons vers la description des parties intimes des femmes’’

1

L’Office de protection du genre, de l’enfance et des mœurs (OPROGEM) n’entend pas croiser les bras face à certaines productions artistiques. La commissaire principale, Marie Gomez a rencontré mercredi des acteurs culturels pour leur faire part de son constat sur le terrain.

D’entrée de jeu, la patronne de l’OPROGEM a rappelé à ses convives que ‘’nos coutumes et mœurs demeurent l’identité culturelle de chaque communauté africaine’’.

La commissaire Gomez souligne que ‘’chaque nation, de par le monde, reste toujours accrochée à ses valeurs culturelles’’.

La direction générale  de l’OPROGEM a fait constat que ‘’certains jeunes artistes orientent leurs chansons vers la description des parties intimes des femmes, la manière d’entretenir des relations intimes entre hommes et femmes. Cela ne pourra qu’inciter des mineurs à la mise en pratique de ce qu’ils écoutent et regardent’’.

C’est pourquoi, dit-elle, ‘’nous enregistrons aujourd’hui beaucoup de cas de viols entre mineurs, qui aboutissent souvent à des grossesses non désirées, affectant dangereusement l’évolution des jeunes filles et garçons’’.

Présent à la rencontre, le chanteur Doudou Beni a conseillé aux artistes de déclarer leurs œuvres au Bureau guinéen des droits d’auteurs (BGDA). ‘’Si l’œuvre est déclarée, il n’y aura pas de problème. Il y a un service qui est chargé de l’écouter. Quand on écoute, on te dira s’il faut censurer ou pas. Donc, tu n’auras pas de problème après cela’’, suggère-t-il.

L’humoriste et conseiller national de la transition, Mamadou Thug souhaite que ‘’les artistes comprennent que l’OPROGEM n’est pas une prison. C’est un espace où ils peuvent venir chercher des informations relatives à ce que nous faisons’’.

A ses confrères artistes, Thug a tenu à rappeler que ‘’la Guinée, ce n’est pas les Etats-Unis, ni la France ou la Jamaïque. La Guinée a sa culture et ses cultures. Donc, dans nos créations, nous sommes obligés de respecter nos coutumes et nos mœurs’’. 

Pathé BAH, pour VisionGuinee.Info
00224 621 77 38 52/bahpathe17@gmail.com

Place this code at the end of your tag:
1 commentaire
  1. […] En Guinée, Visionguinee.com a publié un article sur la lutte déclarée par le Bureau des mœurs. Maris Gomez, la commissaire de l’OPROGEM (Office de protection du genre, de l’enfance et des mœurs), affirme, comme vous pouvez le lire sur Visionguinee.com, que « certaines jeunes artistes décrivent les parties intimes féminines et les relations intimes entre hommes et femmes dans leur chansons, ce qui pourrait inciter les mineurs à les imiter. » Ces actions sont considérées par l’OPROGEM comme étant potentiellement à l’origine de viols sur mineurs, de grossesses non désirées, et d’un impact négatif sur l’épanouissement des jeunes. » Nos confrères guinéens ont relayé cette information. Lisez l’article : La police des mœurs déclare la guerre à des artistes : « … » […]

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de VisionGuinee.info