Ultimate magazine theme for WordPress.

Le FNDC dénonce le déploiement de l’armée dans les rues : ‘’On dirait qu’on est en situation de guerre’’

0

Deux cas de morts ont été enregistrés mercredi à Wanindara et Bambeto, dans la commune de Ratoma, en marge de la manifestation du FNDC. Sékou Koundouno dénombre plusieurs cas de blessés par balles, des pillages qu’il met à l’actif des forces de défense et de sécurité.

Le responsable des stratégies du Front national pour la défense de la constitution (FNDC) accuse le colonel Mamadi Doumbouya d’être responsable des exactions survenues lors de la manifestation du mercredi 17 aout.

‘’Hier de 6h à 15h, tout allait bien (…). On était en train de se réjouir du suivi de cette journée quand on a appris à 15h que le président de la transition après avoir inauguré l’hôpital de Donka, a longé tranquillement l’autoroute Fidel Castro et a essayé de montrer ses muscles à des citoyens désarmés, qui n’ont que leurs discours, qui n’ont à la rigueur que des cailloux . Lui, il est doté de PMAK, d’AK47, de lance-roquettes pour venir leur dire : ‘C’est moi qui suis là. Je vous imposerai ma dictature, ma tyrannie’’’, indique Sékou Koundouno.

‘’Dès après son passage, nous avons appris de source familiale que le jeune Ibrahima Baldé a été atteint par balle par un bataillon de la garde présidentielle. Cette information ne vient pas du FNDC, elle vient du papa de la victime. Entre-temps, nous avons appris du côté de Bambeto qu’ils sont allés pourchasser des jeunes jusque dans les domiciles et ôter la vie au jeune Alpha Oumar Barry’’, ajoute-t-il.

Sur le bilan de la manifestation, il affirme qu’au moment où ‘’je vous parle, on a trois cas dans le coma. Ils vont s’en sortir ou non, on ne le sait pas. Nous avons une vingtaine de blessés par balle, des incursions ont eu lieu, des pillages et vandalismes avec des vidéos à l’appui de Dalaba, à Labé et Conakry. C’est inimaginable. On dirait qu’on est en situation de guerre. Si l’armée guinéenne veut tester sa capacité opérationnelle, le théâtre de Kidal est plus approprié’’, estime M. Koundouno.

Sélectionné pour vous :  Fodé Capi Camara rejoint sa dernière demeure

Il indique que rien ne peut justifier la répression des manifestations par les forces de défense et de sécurité. ‘’L’exercice de notre droit naturel et constitutionnel n’équivaut pas à ce qu’on puisse ôter la vie aux pauvres citoyens’’, dénonce ce responsable du FNDC.

Sekou Koundouno assure que malgré le déploiement du Bataillon des troupes aéroportées (BATA) et du Groupement d’intervention rapide (GIR) dans la rue, son camp ne reculera pas face à la junte jusqu’à satisfaction des revendications.

‘’On ne renoncera point à l’exercice d’un droit naturel et nul ne peut nous obliger à replier. C’est pourquoi, quand le comité des stratégies va se retrouver tout à l’heure, de nouvelles dates seront données et nous serons encore dans les rues pour exercer nos droits constitutionnels jusqu’à la satisfaction de nos revendications légitimes et légales’’, annonce-t-il.

Pathé BAH, pour VisionGuinee.Info

00224 621 77 38 52/bahpathe17@gmail.com

Place this code at the end of your tag:
Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de VisionGuinee.info