Ultimate magazine theme for WordPress.

Le massacre du 28 septembre raconté par une députée de l’UFR : ‘’deux bérets rouges m’avaient arrêtée…’’

0

[dropcap]L[/dropcap]a répression militaire qui a fait au moins 156 morts, 109 cas de viols et 89 portés disparus au stade de Conakry le 28 septembre 2009 reste ancrer dans la mémoire des victimes. L’honorable Aissata Daffé de l’Union des forces républicaines (UFR), l’une des rescapés de cet évènement tragique, décide enfin de briser le silence et de raconter le calvaire qu’elle a vécu.

La responsable des femmes de l’UFR estime que la date du 28 septembre a ses bons et mauvais côtés en Guinée. ‘’Le 28 septembre, nous fêtons les 60 ans de notre vote pour l’indépendance de la Guinée. Et ce qui est venu assombrir cette date, c’est le 28 septembre 2009 que les guinéens ont du mal à oublier’’, indique la parlementaire.

La députée de l’UFR rappelle que la manifestation du 28 septembre 2009 était destinée à exprimer le mécontentement des guinéens à l’égard du pouvoir militaire. Extraits…

Une issue de secours

‘’J’étais présente le 28 septembre, juste en première loge, près des leaders politiques, juste sur les pieds du ministre Diané. Dès que l’évènement a commencé, les jeunes sont rentrés dans la pelouse du stade et la première chose qu’ils ont eue à faire c’est de prier deux rakats comme s’ils savaient que c’était leur dernière prière’’.

Après, on a vu des militaires qui rentraient et tiraient en rafales. C’est là que j’ai commencé à descendre de la loge. Moi, j’ai été sauvée de justesse parce que deux bérets rouges m’avaient arrêtée en me demandant ce que je venais faire au stade. Je leur dis que j’étais venue pour vendre des bonbons et qu’on m’avait retiré ma glacière

Sélectionné pour vous :  Obama estime que fumer du cannabis n'est pas plus dangereux que de boire de l'alcool

Vers une mort incertaine…

Aussitôt, ces militaires s’en sont pris à moi en me retirant mes téléphones. L’un d’entre eux s’est avancé vers moi pour me donner des coups de poings. C’est là qu’un jeune est venu pour s’interposer entre nous. Des militaires ont sorti leurs couteaux pour l’enfoncer dans ses parties génitales à deux reprises avant que le jeune ne tombe par terre. Et pratiquement, je suis tombée avec lui, je ne savais plus ce qui se passait exactement.

D’autres jeunes m’ont pris et on est allés ensemble jusqu’à un certain niveau avant de se séparer. Je ne savais plus où aller. Je suis tombée sur des femmes de Kaloum. En cours de route, j’ai vu qu’on séparait ce qui étaient vêtues en robes et pagnes de celles qui étaient habillées en pantalons et body.

On a eu de la chance de tomber sur un gardien au stade qui nous a fait renter, cinq femmes et moi, dans une petite maison. On est restées pratiquement dans la maison pour nous cacher là jusqu’à 18h30.

C’était fini pour moi

Avant que je ne sorte, j’avais déjà le pied enflé. En partant, on a rencontré le ministre Boubacar Barry qui nous a pris dans sa voiture. Ensuite, j’ai été conduite à l’hôpital. Je ne pouvais pas rester à l’hôpital, déboussolée par ce que j’avais vécu. Pour ma famille, c’était fini pour moi, parce qu’ils ne n’arrivaient plus à me joindre au téléphone. Je suis donc allée dans le quartier pour emprunter un téléphone afin d’appeler ma famille pour qu’elle vienne me chercher.

Sélectionné pour vous :  Alpha Condé, un ami de la presse, selon Tibou Kamara

Neuf ans après, justice n’a pas été rendue…

Depuis que cet évènement s’est passé, c’est la première fois que je témoigne. Parce que pour moi, justice allait être rendue les jours qui suivraient [le massacre]. Malheureusement, neuf ans après, justice n’a pas été rendue. Je me réjouie de la sortie du ministre de la justice Cheik Sako sur cette affaire. Nous espérons que justice sera rendue, parce qu’il y a plusieurs victimes qui souffrent aujourd’hui moralement. D’autres sont expatriées, qui ne peuvent pas rentrer au bercail.

Par Pathé BAH, pour VisionGuinee.Info

00224 621 77 38 52/bahpathe17@gmail.com

Place this code at the end of your tag:
Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de VisionGuinee.info