Ultimate magazine theme for WordPress.

‘‘Les accords politiques n’ont aucun sens en Guinée’’, estime Cellou Dalein Diallo

0

Dalein Chicago[dropcap]L[/dropcap]e débat sur la prévention des conflits est un élément important. Parce que s’il n’y a pas de débat, ça aggrave la situation. Et ça peut conduire au pire. Aujourd’hui, dans la presse, il y a vraiment un débat. Je vais vous féliciter. C’est une contribution non-négligeable à la construction de la démocratie et de l’Etat de droit’’.

C’est en substance les propos tenus l’autre semaine par le chef de file de l’opposition. Cellou Dalein Diallo s’exprimait ainsi sur les accords politiques auxquels sont parvenus le pouvoir et l’opposition, et qui peinent à se matérialiser dans la pratique.

‘‘En 2013, nous avons eu deux accords : celui qui a engagé le gouvernement à ouvrir les enquêtes sérieuses pour identifier les auteurs et commanditaires des crimes commis lors de nos manifestations. A l’époque, nous avions 57 morts, plusieurs boutiques et magasins vandalisés. Le gouvernement s’était engagé à ouvrir des enquêtes et à indemniser les victimes. Jamais rien n’a été fait”, a dénoncé le président de l’Union des forces démocratiques de Guinée. Non sans omettre celui d’organiser les élections locales avant le 31 mars de la même année. 

Cellou Dalein Dalein Diallo a rappelé que le gouvernement s’était engagé là également à assurer la neutralité de l’Administration territoriale dans le débat politique.

‘‘Vous avez vu ce qui se passe, comment les administrateurs territoriaux se comportent lors des compagnes électorales, comment ils se comportent dans l’animation du parti au pouvoir. Aussi, le gouvernement s’était engagé à assurer l’accès équitable des partis politiques aux médias publics. Vous suivez la RTG. Mon congrès, on leur a écrit. Ils ont refusé de le couvrir. Et ce n’est pas n’importe quel congrès ! C’est le congrès de l’UFDG’’, a-t-il fait remarquer.

Loin de se victimiser, l’ancien Premier ministre a déclaré rappeler simplement ce qui s’est passé. Toute chose qui fait dire le chef de file de l’opposition que les accords politiques ne signifient pas grand-chose aux yeux de leurs cosignataires d’en face qu’est le pouvoir. Ce, au regard de tous les engagements qui souffrent encore d’accomplissement effectif.

‘‘Les communales et les locales n’ont pas été organisées, les enquêtes n’ont pas été, la neutralité de l’administration n’a pas été observée, l’accès aux médias publics n’a pas été obtenu par l’opposition, même si Makanéra était alors ministre de la Communication. Je ne situe pas de responsabilité, je fais un constat. C’est autant dire que les accords politiques n’ont aucun sens en Guinée’’, a conclu le président de l’UFDG.

Mady Bangoura, pour VisionGuinee.Info

00224 664 29 48 51/mady.bangoura@visionguinee.info

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de VisionGuinee.info