Ultimate magazine theme for WordPress.

Les journalistes déversent leur colère dans la rue

2

[dropcap]L[/dropcap]es hommes de médias guinéens n’en peuvent plus des exactions dont ils sont victimes. Mardi matin, ils ont déversé leur colère dans la rue pour se faire entendre.

‘’Sans la presse, pas de démocratie !’’, ‘’Sans la presse, pas d’Etat de droit!’’, ‘’Les commissaires de la HAC, dehors !, ‘’Nous ne sommes pas des gibiers pour les forces de défense et de sécurité’’, ‘’Martine Condé, zéro! Gendarmerie, zéro!’’.

Tels sont entre autres les slogans utilisés par les journalistes qui étaient dans la rue au cœur de Kaloum. La marche s’est déroulée du ministère de la communication au siège de la Haute autorité de communication (HAC) en passant par Sékhoutouréyah, le palais présidentiel.

Dans une déclaration, les associations de presse privée ont dénoncé un manque de solidarité de la HAC. ‘’L’illustration la plus achevée de ce mépris de cette instance pour les professionnels de l’information de notre pays a été son manque de solidarité lors de la bastonnade des journalistes par une horde de gendarmes et la destruction de leurs matériels de travail par ces sbires dans l’indifférence totale’’, dénonce Bilguissa Diallo.

Le seul crime des hommes de médias, molestés par les gendarmes, ‘’avoir demandé que la procédure soit respectée après l’interpellation et l’incarcération du coordonnateur du groupe Gangan, Aboubacar Camara’’.

Dans la même déclaration, on dénonce la suspension pour une semaine de la radio Espace FM jusqu’au 9 novembre et l’avertissement adressé au groupe Evasion. Selon nos informations, des journées sans presse ne sont pas exclues dans ce pays pour dire combien de fois la liberté de la presse est menacée.

De l’avis de Sidi Diallo, le secrétaire général du syndicat de la presse privée de Guinée, la mobilisation du mardi est une manière de dénoncer l’acharnement contre les médias privés. ‘’Nous allons maintenir le cap. Parce qu’il n’est pas question qu’on arrive à bâillonner la presse’’, annonce le syndicaliste.

Boussouriou Doumba, pour VisionGuinee.Info

00224 666 90 54 16/boussouriou.bah@visionguinee.info

Place this code at the end of your tag:
2 commentaires
  1. soumah dit

    la plus part des soit disants journalistes guineens sont des polticiens , ils recoivent tous des instructions en provenances des parti politiques moyennant quelques franc guineens

  2. Barry M. Sidy dit

    Soumah et les Mandiants qui bloquait l’acces au Gouvernorat aujourd’hui? Sont ils manpules par les partis politiques aussi? Et Koro Alpha Conde qui a marche recemment en ville contre les rumeurs sur sa mort, manipule aussi?. Ce qui reste clair on verra toute sorte de revendication sous Alpha Conde du a son incompetance et son inexperience.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de VisionGuinee.info