Ultimate magazine theme for WordPress.

Matoto dispose désormais d’un Centre de gestion agréé (CGA)

0

[dropcap]L[/dropcap]a cérémonie d’inauguration du Centre de gestion agréé (CGA) de Matoto a eu lieu mercredi à Sangoyah sous la présidence du ministère d’Etat conseiller spécial du président de la République Tibou Kamara en présence du ministre du Budget Ismaël Dioubaté et du chef de la délégation de l’Union européenne en Guinée, Josep Coll.

L’ouverture de ce CGA vise à répondre aux besoins d’assistance et d’encadrement en matière de gestion, de comptabilité et de fiscalité des petites et moyennes entreprises qui exercent dans les secteurs du commerce, de l’artisanat et de l’industrie.

‘’L’initiative heureuse de mettre en place un tel système fédératif produit un grand espoir de voir l’amélioration des conditions d’épanouissement des opérateurs économiques évoluant dans la commune de Matoto’’, indique le maire Mamadouba Tos Camara.

Le premier responsable de la commune de Matoto assure que le CGA est ‘’incontestablement un moyen favorable pour la mobilisation et la sécurisation des recettes fiscales, véritable levier du développement social économique’’.

Le ministre du Budget Ismael Dioubaté a souligné que le Centre de gestion agréé de Matoto est le troisième à voir le jour en Guinée après ceux de Matam et de Ratoma. Il annonce que la commune de Dixinn inaugurera son centre dans les meilleurs délais, tout en précisant que l’agrément a été déjà délivré au promoteur.

‘’Les Centres de gestion agréés ont été initiés et institués dans le but d’organiser les PME, les PMI, à travers un décret du 17 février 2017. Les CGA sont des structures spécialisées, d’accompagnement de la petite et moyenne entreprise et ont pour principaux objectifs, favoriser la bonne gestion des entreprises et la tenue des comptabilités transparentes et rigoureuses’’, explique-t-il.

Il poursuit en soutenant que les CGA favorisent aussi l’accès aux crédits, contribuer au développement des activités des entreprises adhérentes ; encourager le civisme fiscal, renforcer les compétences des dirigeants des PME.

‘’Des avantages fiscaux importants sont accordés. Les droits d’enregistrement sur les statuts sont acquittés au droit fixe de 100 mille GNF au lieu de 1% du capital. Le versement forfaitaire sur les salaires et la taxe d’apprentissage sont exonérés pendant les trois (3) premières années. L’impôt sur le bénéfice est totalement exonéré pendant ces 3 premières années’’, détaille le patron du département en charge du Budget.

Le ministre de l’Industrie Tibou Kamara estime que le secteur informel représente 70 % de l’activité économique dans notre pays et regorge 95 % des emplois. En acceptant de se formaliser, dit-il, ‘’les PME auront accès aux crédits, aux exonérations en termes des taxes et d’impôts’’.

Il encourage les dirigeants à saisir cette chance et opportunité de grandir. Selon le conseiller spécial du président de la République, ‘’l’ambition du gouvernement est de faire en sorte que les PME deviennent des grandes entreprises prospèrent en créant de la richesse dans notre pays et contribuer à notre croissance économique’’.

Prenant la parole, l’ambassadeur de l’Union européenne, Josep Coll, a rappelé que la création des Centres de gestion agréés s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre du Projet d’appui aux corps de contrôle et à l’administration fiscale (PACCAF), financé par son institution pour accompagner l’administration fiscale dans le déploiement du Numéro d’identification fiscale permanent (NIFp), la géolocalisation des contribuables, leur prise en charge par les services fiscaux, le recouvrement, et le contrôle interne.

‘’Les efforts réalisés à date sont majeurs. Plus de 5,451 géolocalisations ont été faites à la date du mai 2021. Mais les défis restent importants. 77% des Grandes entreprises sont géolocalisées. Et 60% de PME’’, détaille-t-il, invitant la direction générale des impôts à rattraper cet écart.

Selon le chef diplomate européen en poste à Conakry, pour étendre l’assiette fiscale, il est plus que jamais nécessaire d’aller chercher les contribuables dans le secteur informel. ‘’Et c’est là que rentre en jeu les centre de gestion agréé (CGA). Après Ratoma et Matama, nous inaugurons donc le CGA de Matoto’’, se réjouit-il.

M. Coll assure que les CGA peuvent jouer un rôle essentiel dans l’élargissement de l’assiette grâce aux nouveaux adhérents qui se verront proposer exonérations fiscales partielles et temporaires et des formations.

Il encourage l’ouverture de nouveaux CGA à travers le pays, tout en continuant à mener des réflexions poussées sur l’attractivité desdites structures. ‘’Il faut faire sauter le plafond de 200 adhérents/CGA et ne pas se limiter à un CGA/commune’’, recommande-t-il, précisant qu’il ‘’doit y avoir une concurrence saine et vertueuse entre ces structures privées’’.

Salimatou BALDE, pour VisionGuinee.Info

00224 662 78 58 57/salimbalde91@gmail.com

Place this code at the end of your tag:
Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de VisionGuinee.info