Ultimate magazine theme for WordPress.

Mohamed Traoré estime que ‘’les chefs religieux et traditionnels doivent avoir le courage de se prononcer lorsque le pays traverse une crise’’

0

Les chefs religieux guinéens font souvent l’objet de critiques pour leur silence face à certaines situations que traverse le pays. Le conseiller national Mohamed Traoré affirme qu’il est de la responsabilité de religieux de se faire entendre. 

Le silence des chefs religieux de la Guinée depuis des années face à certaines dérives du pouvoir est souvent dénoncé par nos compatriotes. L’ancien bâtonnier de l’ordre des avocats de Guinée affirme que le rôle des religieux ne se limite pas qu’à prêcher la parole sainte.

Pour preuve, dit-il, ‘’le Cardinal Fridolin Ambongo Besungu de la RDC est un homme de Dieu qui ne s’occupe pas seulement de la religion. Il se fait aussi le porte-parole de ses millions de compatriotes dont il défend la cause face aux différents pouvoirs. Plus généralement, il défend les droits de l’homme et la démocratie dans un pays qui connaît des crises multiformes. C’est une sorte de Robert Sarah des années 90 en Guinée’’.

Selon Me Mohamed Traoré, ‘’l’engagement du prélat congolais prouve qu’il est bien possible d’être et de rester un chef religieux tout en prenant position sur les questions majeures concernant la vie de la Nation’’.

‘’Pendant la crise politique dont le Sénégal vient si heureusement de se dépêtrer à travers la très brillante élection de Bassirou Diomaye Diakhar Faye, des chefs religieux sénégalais se sont faits entendre pour marquer leur désaccord face à ce qui était perçu à juste raison comme des manœuvres du Président Macky Sall tendant à contourner la limitation de la durée du mandat présidentiel. À rappeler que c’était à la fois des leaders religieux chrétiens et musulmans’’, ajoute-t-il.

‘’Il y a quelques jours, la Conférence des Évêques catholiques du Togo publiait un communiqué dans lequel elle demandait au Président Faure Gnassimgbé de surseoir à la promulgation de la nouvelle constitution adoptée par les députés et d’engager un dialogue politique inclusif, après les résultats des prochaines élections législatives et régionales. C’est peut-être l’une des raisons qui justifient le renvoi du texte en seconde lecture’’, poursuit Me Traoré.

Il assure qu’il revient aux chefs religieux de prendre leurs responsabilités quand le pouvoir finit de bâillonner toutes les voix discordantes.

‘’Une démocratie à l’africaine, si tant est qu’elle existe vraiment, signifierait peut-être que les chefs religieux et traditionnels doivent avoir le courage de se prononcer lorsque le pays traverse une crise et surtout qu’ils prônent la paix et la quiétude, sans oublier de rappeler aux gouvernants que tout cela a pour socle la justice. Les messages des légitimités traditionnelles, des chefs religieux deviennent inaudibles lorsque ces derniers se contentent d’appeler les citoyens au respect des gouvernants sans faire allusion aux devoirs de ces derniers vis-à-vis des gouvernés’’, assure cet avocat engagé dans la défense des acquis démocratiques en Guinée.

Pathé BAH, pour VisionGuinee.Info

00224 621 77 38 52/bahpathe17@gmail.com

Place this code at the end of your tag:
Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de VisionGuinee.info