Ultimate magazine theme for WordPress.

Procès du massacre du 28 septembre : ‘’Ceux qui sont morts ne parleront plus, mais leur sang versé crie justice’’

0

Il lui a été donné l’occasion de prononcer un discours lors de la cérémonie d’inauguration du tribunal ad-hoc qui abrite le procès du massacre du 28 septembre. Maitre Djibril Kouyaté a salué mercredi les efforts des autorités de transition pour mettre un terme à l’impunité en Guinée. 

Le bâtonnier de l’ordre national des avocats de Guinée a déclaré que l’ouverture de ce procès, ‘’c’est la fin d’un long silence. Nous n’avions pas le droit de garder le silence face à cette plaie’’.

Il rappelle que ‘’la Guinée a ratifié très tôt le 14 juillet 2003, le statut de Rome, créant la Cour pénale internationale (CPI qui a compétence pour juger les crimes les plus graves, tels que les crimes de guerre, crimes contre l’humanité et de génocide. Elle a adopté sa loi pénale dudit statut, la peine de mort a été abolie, les crimes relevant de la CPI ont été reconnus. Usant des dispositions de l’article 17 du statut de Rome qui offre une priorité de compétence de juridiction à tout Etat membre de juger les crimes de masse connus sur son territoire, la Guinée a décidé d’organiser le procès tant attendu’’.

‘’Qui l’eut crû ?’’, s’interroge Maître Djibril Kouyaté qui rappelle qu’un ‘’pool de juges d’instruction a été désigné. Malgré les difficultés de tout ordre, ils ont pu boucler l’instruction’’.

Le bâtonnier ajoute que ‘’la Guinée pays a connu des drames humains depuis 1958, des crimes laissés impunis jalonnent périodiquement notre histoire, la terre de Guinée est imbibée du sang de ses martyr’’.

L’avocat félicite et remercie les autorités de la transition, avec à leur tête le président Mamadi Doumbouya, pour avoir décidé de mettre fin à l’impunité.

Il assure que ‘’plus jamais, nous ne devons revivre les événements du 28 septembre 2009, d’autant plus que les démons de la division et de la haine sont encore actifs parmi nous avec des propos incontrôlés’’.

‘’Treize ans après, décidons tous, faisons-en le serment de tout faire pour que l’horreur des massacres de masse ne se reproduisent plus jamais en Guinée. Que ce bienvenu procès nous y engage davantage. Il doit réparer la fracture qui s’est instaurée entre les populations de Guinée et son armée’’, souligne-t-il.

Avant d’ajouter que ‘’les faits constants nous disent que des hommes en uniformes militaires ont en temps de paix oser tirer sur des civils, militants et sympathisants de partis politiques rassemblés au stade du 28 septembre. Beaucoup, hélas, en ont fait les frais’’.

‘’Ceux qui sont morts ne parleront plus, mais leur sang versé crie justice, je dis bien justice et non vengeance. La justice doit être enfin rendue au nom de la loi, de la morale et de la mémoire. Le procès du 28 septembre 2009 doit soulager la conscience des présumés auteurs des tueries, panser les blessures et extirper toutes les haines et rancœurs des victimes’’, laisse entendre l’homme de droit.

Abdoulaye Bella DIALLO, pour VisionGuinee.Info  

00224 628 52 64 04/abdoulbela224@gmail.com

Place this code at the end of your tag:
Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de VisionGuinee.info