Ultimate magazine theme for WordPress.

Révision des listes électorales : suivez l’opération !

0

[dropcap]P[/dropcap]résident de séance lors de la rencontre du Comité interpartis (Cip) tenue à  la mairie de Ratoma, vendredi 27 septembre 2019 dans le cadre de la mise en place des Commissions administratives d’établissement et de révision des listes électorales, le vice-président de la CENI et superviseur de Dixinn et Ratoma, Bano Sow explique que l’objectif de la démarche est d’informer et de sensibiliser l’ensemble des acteurs de la commune impliqués dans le processus électoral sur la suite de la mise en œuvre du chronogramme des législatives.

Les CAERLE (Commissions administratives d’établissement et de révision des listes électorales), dit-il, comprennent cinq personnes chacune et sera présidée par un responsable du démembrement de la CECI (Commission électorale communale indépendante).

En fonction de leur dimension, certains quartiers peuvent avoir jusqu’à 3 ou 5 CAERLE. Dans ce cas, le responsable du démembrement de la Ceci préside la première CAERLE. Tandis que les autres CAERLE seront dirigées par d’autres présidents. Mais, la totalité des CAERLE dans un quartier sont sous la supervision du responsable du démembrement.

Formulaire individuel d’identification

En ce qui concerne la procédure de révision des listes électorales, M. Sow rappelle qu’un formulaire individuel d’identification est établi par la CENI.

“Nous avons déjà la base de données de l’ensemble des électeurs qui ont déjà voté jusqu’à présent, nous mettons les anciens qui ont été enrôlés. Alors, tous ceux-ci en principe vont être identifiés par quartier. Nous allons envoyer des formulaires sur le terrain. Le formulaire, c’est une fiche qui reprend les renseignements que nous avons dans la base de données, plus la photo de l’intéressé et le statut de l’électeur. Dès lors qu’on a la photo de l’intéressé, quand ça arrive dans le quartier – parce que c’est fait de sorte que le formulaire de quelqu’un qui a été recensé à Taouyah ici ne se retrouve pas à Kipé ou à Sonfonia. Nous savons localiser cela et donc, son formulaire viendra à Taouyah. Et lorsqu’on voit sa photo, on lui demande de confirmer ou de corriger le renseignement qui existe sur son formulaire, étant entendu que ces renseignements-là sont les renseignements qui existent sur la base de données. Alors, s’il y a des corrections à faire sur ces données alpha numériques et autres, il y a une partie qui est prévue pour faire ces corrections-là’’.

Statut de l’électeur

Pour ce qui est du statut de l’électeur, le vice-président de la CENI fait savoir  ceci : “Il est possible qu’il n’ait aucun problème et qu’il réside toujours dans le quartier, c’est le premier statut. On lui remet son formulaire et puis on lui demande de se présenter devant la machine quand l’enrôlement va commencer’’.

Pour l’identification des électeurs, ‘‘une fois que les CAERLE sont mises en place, on suppose que ça va se faire dans une dizaine de jours’’. Le premier objectif, c’est de retrouver l’électeur et l’amener à se présenter devant la machine. S’il y a des corrections à faire, il les apporte. ‘‘C’est une manière de faire du rabattage, parce que nous travaillons actuellement sur la base des recommandations de l’audit du fichier”, conclut M. Sow.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de VisionGuinee.info