Ultimate magazine theme for WordPress.

Sarkozy, Wade, et Hollande, pourquoi étaient-ils à Conakry ?

3

[dropcap]L[/dropcap]a meilleure manière de pouvoir agir sur un pouvoir politique, le changer, ou le bloquer net sur ses intentions hautement irrationnelles, c’est la mobilisation totale, ou la capacité de notre écoute à son égard pour le comprendre et pouvoir le changer, s’il le faut.

Par manque de déclaration officielle du gouvernement guinéen sur les raisons de l’arrivée de trois anciens chefs d’État à Conakry, le mois dernier, deux français et l’autre sénégalais, respectivement François Hollande, Nicolas Sarkozy, et Abdoulaye Wade, le public guinéen se lança dans des explications hypothétiques pour cerner, à sa manière, ce qui se cachait derrière ces visites. D’explications hypothétiques, on n’en vient aux données exactes.

De sources sures et proches des protagonistes des faits, Wade, Sarkozy et Hollande étaient des hôtes du président Alpha Condé pour des raisons très sérieuses, ou du moins en partie.

François Hollande était à Conakry selon ses propres initiatives, pour présenter sa fondation ‘’La France s’engage’’, dont l’objectif est de promouvoir les initiatives innovantes privées, jugées d’intérêt général. La visite en Guinée de l’un des présidents français les plus impopulaires était donc apolitique.

Nicolas Sarkozy était l’hôte du président Alpha Condé qui l’a invité à Conakry. L’actuel chef de l’Etat français, Emmanuel Macron, n’est pas content de la forme d’action politique du président guinéen et, il le fait savoir en refusant catégoriquement de le recevoir. Disons que Macron boude, desestime, ignore le leader du RPG.

Cela dit, Nicolas Sarkozy qui, présentement, s’entend à merveille avec Macron, est contacté par Alpha Condé pour l’aider à faciliter la communication avec le numéro ‘’One’’ des français. Sarkozy à Conakry, une visite politique.

Sélectionné pour vous :  Quelle est la pertinence d'être apolitique sous une dictature ?

Quant à l’ancien chef d’État sénégalais, Abdoulaye Wade, sa visite à Conakry, aussi sur l’invitation du président guinéen, est d’autant plus curieuse qu’incompréhensible.

Alpha Condé qui cherche un troisième mandat, sait que la tâche ne sera pas du tout aisée. Se jeter dans un projet de violer gravement la Constitution, ou de préparer un projet référendaire sans surtout des appuis politiques de quelques leaders importants de l’opposition, c’est faire face à une véritable quadrature du cercle.

Alpha Condé avait amadoué Sidya Touré avec le fameux poste de Haut Représentant du chef de l’Etat. Il était question de le garder pour ‘’embellir’’ ou légitimer l’injustice qu’il se prépare à commettre. Mais, au moment crucial, le moment où Alpha Condé est prêt à faire agir le leader de l’UFR à son avantage, dans le cadre des mensonges autour du projet de 3ème mandat, ce dernier comprend tout qu’il s’était fait piéger, et quitte le navire.

C’est l’échec pour le leader du RPG qui, cependant, ne veut rien lâcher autour de son projet politique. Il a perdu Sidya, mais il doit trouver un autre leader politique remarqué de l’opposition qui ferait légitimer la grande injustice qu’il prépare.

Voilà qu’entre dans le calcul du pouvoir central guinéen, Lansana Kouyaté. Le leader du PEDN qui, il y a quelque temps, séjournait encore à Paris, est contacté par Alpha Condé, lui-même, en lui soumettant l’idée de le rejoindre dans le cadre d’un projet référendaire autour de son pouvoir à vie. Peu de temps après, Kiridi Bangoura aussi, ministre à la présidence, est venu en France pour convaincre l’homme fort du PEDN. En vain ! Car en réponse, Kouyaté est catégorique en s’adressant à Kiridi Bangoura : « Dites à Alpha Condé d’organiser les législatives et, après, d’annoncer publiquement qu’il se retire de la politique dès la fin de son mandat en 2020 ».

Sélectionné pour vous :  Malick Sankhon, le symbole héroïque de la victoire du Oui au double scrutin du 22 mars 

Le leader du RPG est encore déçu, mais ne baisse pas les bras : il tend la main à Abdoulaye Wade pour convaincre et persuader Lansana Kouyaté qui réside maintenant à Conakry, qu’il accepte de rejoindre le parti au pouvoir et son projet référendaire. Le leader du PEDN est resté égal à lui-même, inflexible. L’arrivée de l’ancien numéro ‘’one’’ sénégalais à Conakry était donc politique.

Avec trois visites et trois raisons, dont deux politiques, et l’autre humanitaire, on en sait finalement tout et mieux sur les hôtes d’Alpha Condé en Guinée, le mois dernier.

Naby Laye CAMARA
Depuis Bruxelles

Place this code at the end of your tag:
3 commentaires
  1. MANZO dit

    Il faut vraiment être psychologiquement pas bien dans sa peau pour s’asseoir banalement dans son salon pour « mythonner » avec autant d’aisance!

    C’est pourquoi, personne ne verra la moindre source pour étayer ce conte même pas digne des mille et une nuit.

    Wallahi, je ne comprendra jamais certains Guinéens qui croient qu’il faut se servir de l’immoralité comme arme politique!

    Sinon, voici ici expliqué et documenté la vraie raison de la visites de Sarkozy à Conakry,par ‘Bloomberg’ (une agence de presse sérieuse et professionnelle, pas comme un individu sorti de nulle part):

    https://finance.yahoo.com/news/mining-billionaire-ends-bitter-guinea-063052984.html?guccounter=1

    Le mensonge est vraiment devenu civilisationnel au point d’être le seul mode de vie propre aux Guinéens tant à l’intérieur qu’à l’extérieur!

    1. MANZO dit

      ERRATUM:
      Wallahi, je ne comprendrai jamais certains Guinéens qui croient qu’il faut se servir de l’immoralité comme arme politique!

  2. Mo. Sylla dit

    Analyse bête et sans fondement.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de VisionGuinee.info