Ultimate magazine theme for WordPress.

SEG : un complot contre le DG?

2

[dropcap]D[/dropcap]epuis quelques jours, la Société des eaux de Guinée (SEG) est à la Une de tous les médias.  En cause un scandale tout d’abord dénoncé par son directeur général, Mamadou Diouldé Diallo.

En filigrane, ce dernier se présentait comme la victime d’un complot auquel il soupçonnait certains de ses proches collaborateurs d’avoir participé. Portant sur plus d’un milliard 200 millions de francs guinéens frauduleusement sortis du compte de la société à la BCRG, le scandale avait, selon lui, été rendu possible par l’imitation de sa signature et la subtilisation de son cachet.

Puis, dans la foulée, vraisemblablement en signe de réplique, ont commencé à paraitre dans les mêmes médias, des courriers signés de la main de son adjoint, Pépé Patrice Loua.

Des documents authentiques qui, cette fois, s’en prennent ouvertement au directeur général, présenté comme l’incarnation de l’opacité, de la mauvaise gestion et responsable de toutes les dérives imputables à la Guinéenne des eaux. Seulement, à la lecture desdits documents, on est en droit de se demander s’ils n’accréditent pas la thèse de la manipulation que dénonçait le directeur.

En effet, le DG adjoint, s’il se présente comme un réformateur se souciant de la bonne marche de la Société des eaux de Guinée (SEG), il emploie cependant un ton de défiance qui trahit une dissidence sous-jacente. Pour qui connait les rapports de pouvoir en Afrique, on n’utilise pas un certain ton vis-à-vis de son chef hiérarchique. Encore moins étaler la défiance sur la place publique. Quand on en arrive à ce stade-là, c’est qu’on a atteint le point de non-retour et surtout qu’on est sûr, au-delà d’une dénonciation ordinaire, de vouloir terrasser le supérieur. C’est visiblement l’entreprise qui sous-tend la divulgation de certains des documents qui font les choux gras de la presse.

Griefs peu évidents

D’autant que certains des griefs imputés au directeur général ne sont pas si évidents. C’est le cas du soupçon d’ethnocentrisme qu’on lui impute reproche, avec un arrière-plan d’accusation de licenciements abusifs. Dans une logique empreinte de raccourci, on lui prête en effet une préférence de ceux qui lui sont communautairement proches. Sauf que sur la base des patronymes de la liste proposée à l’appui de cette accusation, l’incrimination est plus que sujette à débat. On sent aisément que les traits de la dénonciation sont forcés. C’est comme quand on en veut à son chien, on peut bien l’accuser de rage. D’ailleurs, quelques investigations et recoupements nous permettent d’affirmer que tous les licenciements opérés l’ont été sur la base de délits dument constatés. Il en ressort que ce n’est pas tant la marche de la société qui préoccupe.

Quant au reste des griefs, ils ne sont peut-être pas tout à fait inventés, tant le service fourni par la SEG est notoirement défaillant. Cependant, il est à la fois réducteur et simpliste de faire porter à une seule personne toute la défaillance. A ce niveau, il convient d’ailleurs de relever que la problématique de la desserte en eau, comme celle d’autres services tels l’électricité, demeure avant tout structurelle. Le plein essor du secteur ne saurait se faire sans de gros investissements auxquels prendraient part aussi bien l’Etat guinéen que des partenaires extérieurs. Encore que les choses iraient mieux si le leadership n’était pas affecté par les rivalités qui s’étalent ainsi au grand jour.

Une main manipulatrice

Naturellement, le directeur, en tant que premier responsable de la boîte, ne peut s’exonérer du bilan de son service. Mais en aucun cas, il ne peut, à lui seul, en incarner la face cachée. D’autant que les problèmes ne datent pas d’aujourd’hui. A propos, il y a quelque chose de suspect dans le fait que ce soit maintenant seulement que tous les problèmes de la société sont exposés à la place publique. S’il y en a qui ne partageaient pas la gestion de l’entreprise, pourquoi se sont-ils tus tout ce temps ? En tout état de cause, le DGA n’est pas le mieux indiqué pour professer la morale. En effet, n’est-ce pas lui qui avait été licencié en 2008 par l’actuel ministre- à l’époque Directeur général- de son poste de directeur d’exploitation ?

Bref, il est bien possible que le directeur général de la SEG ne soit pas un saint. Mais de toute évidence, il y a une main manipulatrice derrière les attaques dont il fait l’objet depuis quelques jours.

Thérèse Gbanamou

2 commentaires
  1. Le veridique dit

    Ah les peulh et journaliste communautaire défendre parce que c’est un djabêrê

    1. Thierno Mamadou Nassirou Diallo dit

      Je précise que les personnes dont le DGA a fait allusion sur un prétendu licenciement abusif l’ont été pour l’un pour des faits de désertion pour l’un et pour les autres pour des faits de vols en flagrant délits (pris la main dans les faits):
      Je dis bien pour cause de désertion, je m’explique:
      Le concerné et moi même avons fait parti d’une liste de candidats pour le concours d’accès à la conférence des grandes écoles de ParisTech, seuls lui et moi malgré notre jeune âge, avons réussi à passer toutes les 3 étapes de la sélection du jury ( je précise que c’est une formation de DG en management dez services d’Eau et d’Assainissement);

      Alors, le mastère 2 coûtant 32.500 euros hors billets d’avion, fournitures et frais de communication et transport intérieur, le DG de la SEG a formulé une requête aux bailleurs de fonds pour accompagner la SEG, l’AFD a accepté cofinancer les 2 bourses de 32.500€ x2 pour lui et moi.

      Alors, nous sommes allés d’avril 2013 à septembre 2014 à ParisTech, la convention de financement nous obligeait qu’après la formation que tous les 2, nous retournions à la SEG pour combler le départ des cadres qui s’annonçait, lui, après quelques semaines, a préféré repartir en France contre la convention de l’AFD.
      Alors, le DG de la SEG a été alerté par le Directeur de ParisTech (au besoin, je vous fais parvenir son numéro pour vérification) de la désertion de mon frère et binôme;

      C’est après constat par un huissier que la décision de son licenciement a été prononcée.

      Je défie quiconque et sur n’importe quel média, que ce DG de la SEG Monsieur Diouldé DIALLO, est l’un des rares sinon le seul Manager en Guinée qui a instruit un diagnostic du secteur de l’eau (sur financement de l’AFD aussi) et s’est attelé à suivre les recommandations dont la formation et la requalification des RH.

      Je vous apprends qu’à date, la SEG a son 5ème auditeur dans cette école pour suivre la formation de très haut niveau en management.

      Dans deux ans, tous les postes de direction auront été doublés voire triplé en disponibilité de jeunes managers capables de remplacer tous les directeurs dont lui même et ses adjoints. C’était une des recommandations du diagnostic.

      Je rappelle que ce Monsieur Diouldé que le DGA traite de tous les noms est un produit de la SEG pour avoir été le fils d’un ancien travailleur de cette même SEG, il est à retraite aujourd’hui. Il faut le pratiquer pour mesurer son acharnement à tirer la SEG vers le haut malgré la faiblesse des investissements (BND et aide publique au développement).

      Moi, l’attitude du DGA vis à vis de la famille SEG m’écoeur et me révolte, toute la SEG est affectée par ses écrits qui sont tout simplement la traduction du mépris à l’endroit de l’excellence,de l’amour entre collègues et de la cohésion au sein d’une entité qui est devenue une grande famille.

      Heureusement qu’au sommet de l’État, il y’a une personne réfléchie sur qui, beaucoup de mauvaises choses ont été racontées mais aujourd’hui, il est le Président de la République. Je suis persuadé qu’il comprendra que c’est encore un agissement qui vise à semer la pagaille et rompre la dynamique engagée avec les projets de travaux des 5villes(Yomou, Lola, Tougué, Lélouma et Gaoual), de la Banque Mondiale (sur Conakry) qui fournira 86.000m3 supplémentaires par jour. Ces travaux débutent dans 2 semaines (1er décembre 2017).

      Ce DGA et certains de l’ombre veulent compromettre ces travaux et décourager les bailleurs de fonds, sauf qu’ils ne réussiront jamais, je dis bien jamais.

      C’est Dieu qui est Grand.

      Nassirou DIALLO
      Ingénieur/Manager à la Direction des Etudes, de la Planification et des Investissements.
      Tél:628518887/657111514

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de VisionGuinee.info