Ultimate magazine theme for WordPress.

Un ministre donne raison à l’opposition : “les délégations spéciales sont illégales”

0

[dropcap]L[/dropcap]e ministre des droits de l’homme a indiqué ce mercredi, que les délégations spéciales mises en place dans les mairies par le régime Condé sont illégales, puisqu’elles sont en dehors du temps légal. L’opposition ne reconnaissant plus ces délégations spéciales a décidé de manifester lundi dernier contre l’insécurité grandissante, sans pourtant adresser une lettre d’information aux différentes mairies de la capitale.

Kalifa Gassama“Mais sur le plan des régimes juridiques, souligne Gassama Diaby, quand vous manifestez, vous devez informer les autorités. La puissance publique peut estimer pour des raisons objectives qu’il ne faut pas permettre une manifestation parce qu’il y a un risque sérieux et grave de trouble à l’ordre public”, a dit le ministre des droits de l’homme.

Il admet cependant l’illégalité de ces délégations spéciales dont le mandat a expiré, six mois après leur installation par l’administration Alpha Condé. “C’est un fait. Je fais partie du pouvoir, s’il y a une faute, ça m’incombe aussi”, a-t-il déclaré en substance sur la radio Espace.

Si l’opposition était animée par un sens de responsabilité, pense le ministre des droits de l’homme, elle aurait pu écrire au gouverneur ou au ministre de l’administration du territoire, à titre d’information. Car, “si les délégations spéciales sont défaillantes, le pouvoir central se substitue à leur défaillance. Les opposants auraient pu écrire au gouverneur ou au ministre de l’administration du territoire, ne saurait-ce parce qu’on veut prouver sa bonne foi”, a relevé le ministre des droits de l’homme.

Avec la crise que traverse la Guinée,  il faut accepter d’aller à un dialogue rigoureux et sérieux dont les conclusions seront appliquées, précise M. Diaby qui dit être convaincu que l’opposition entendra son appel que les responsables politiques finiront par aller autour de la table.

“Il faut éviter de faire payer à nos concitoyens le prix de l’impasse avant de venir autour de la table parce qu’il n’y a pas d’issue au dialogue Ce qui est sûr, aucun camp ne gagnera dans le mépris et dans la violence. Il faut qu’on se retrouve autour de la table et qu’on fasse en sorte que les différents acteurs aient confiance à ce processus global”, a-t-il recommandé.

Du côté de l’opposition, pas question de retourner à la table de négociation avant que la Ceni ne suspende ses activités. L’opposition réclame l’inversion du calendrier électoral en allant aux communales avant la présidentielle en vue d’élire des maires légaux qui prendront la pace des délégations spéciales, favorables au pouvoir en place, selon les opposants.

Mariam CISSE, pour VisionGuinee.Info

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de VisionGuinee.info