Ultimate magazine theme for WordPress.

Alpha Condé menace de limoger tous ses ministres, si…

10

alpha[dropcap]L[/dropcap]e président de la République n’est pas content du gouvernement. Et il ne le cache pas. En marge d’une cérémonie officielle organisée mardi dans un complexe hôtelier de la place, Alpha Condé a donné un ultimatum à ses ministres.

Selon son constat, il y a beaucoup de bureaucratie et d’insuffisance au sein de l’administration guinéenne, annonçant des réformes dans les prochains mois.

‘’J’ai fait le tour des partenaires bi- et multilatéraux pour savoir quelle est la situation. Dans beaucoup de secteurs, alors que nous avons besoin de nous développer, il n’y a pas absorption des capitaux. Comment voulez-vous que les pays nous aident si l’argent qu’ils nous donnent n’est pas utilisé ?’’, s’interroge le président Alpha Condé.

‘’Pourquoi notre taux d’absorption est très faible, 10 à 15%, alors que le pays en a tant besoin ? Pourquoi il y a de l’argent et les ministères n’arrivent pas à l’utiliser ?’’, souhaite-t-il à nouveau savoir.

‘’J’ai dit au Conseil des ministres jeudi dernier que je vais donner trois mois à chaque ministère. Tout ce retard doit être réglé sinon tous les ministres et directeurs nationaux, partiront’’, menace le chef de l’Etat. Car, pour lui, ‘’on ne peut pas avoir de l’argent et ne pas l’utiliser. Le ministre français des affaires étrangères étaient là. J’ai demandé, mais l’AFD m’a dit ‘regardez la situation, l’argent est là, mais n’est pas utilisé’

S’il critique ouvertement son administration, Alpha Condé se dit conscient que des progrès ont été réalisés. ‘’Nous avons pu, pour la première fois, finir un programme avec le Fonds monétaire international. Avant un autre programme, nous devons réellement modifier le fonctionnement de l’administration guinéenne. Celle qui est là ne peut pas être performante. Il y a du sabotage’’, estime le numéro un guinéen.

Sélectionné pour vous :  Ousmane Kaba à Alpha Condé : ‘’on ne peut pas exclure la moitié du pays et espérer qu’il y aura la paix…’’

Boussouriou Doumba, pour VisionGuinee.Info

00224 666 90 54 16/boussouriou.bah@visionguinee.info

Place this code at the end of your tag:
10 commentaires
  1. Cheik Condé dit

    La capacité d’absorption du pays repose sur les compétences des ressources humaines. A cela il faut ajouter le patriotisme, la rigueur et la motivation des cadres par les renforcements de capacités et par la reconnaissance des mérites

  2. Fansou dit

    C normal si on prend a des postes de responsabilités des personnes INCOMPETENTES il ne faut pas des résultats. J’ai entendu a la radio le ministre de la fonction publique en personne s’exprimer sur une radio aujourd’hui il avait un Français qui meme les anciens combattants ne parlent pas ainsi. Alors qu’il est bien minsitre en 2016. c bien grave qd meme. Alpha ne doit critiquer personne car il est responsable.
    Encore les deputés on comprendrait qu’ils soient illetres mais pas les minsitres.

  3. binteneblaise dit

    on doit pas nommé des ministre par récompense plutôt par competence alpha zéro

  4. Alioune DIOP dit

    Alpha nomme des minsitres qui ne savent pas parler et ecrire francais… alors faut pas s’etonner qu’ils soient archi nuls.
    Le minsitre du travail ne parle pas bien le francais vous vous rendez compte.

    1. Didi dit

      Tu penses ke il fo bien parler ou écrire le français pour être compétent .g ne supporte aucun parti politique en guinee mais des fois il fo penser posi tif

  5. […] mercredi, novembre 30th, 2016 Est-ce, une opération de communication ou une volonté réelle, de contraindre, ces ministres, à plus de résultats? Quoi qu’il en soit, les questions soulevées à propos, révèlent, l’inertie de l’équipe gouvernementale, une inertie, tout de même, impliquant autant le manque de réactivité du premier ministre que celui de tact du président, lesquels semblent, outrés par l’attitude de l’administration, mais non interpellés, par la lenteur, dans l’atteinte des objectifs, devant faire offices de leur bilan. Pire, le PRAC est à sa septième années, de règne pratiquement et c’est maintenant qu’il veut se livrer à un tel exercice, si bien que, tout les points passés au crible, de sa colère, sont des acquis préalables, pour s’estimer, en mesure, de booster la croissance, à défaut, rompre le Rubicon de la désuétude, du leadership, remis en cause, en ses dimensions, subséquentes, à la désagrégation politique. Ce faisant, du secteur de la pêche, à celui de la communication et du commerce, d’après, le constat dressé, par le président, en personne, il y’a un gigantesque travail à abattre, quoi que ces secteurs, soient à l’auspices d’énormes potentialités, à revaloriser, par le biais d’une planification incitative, de sorte, à conforter, les ressources budgétaires, pourvoir la satisfaction en services sociaux de base, ainsi que permettre, l’éclosion d’une politique intersectorielle dynamique, propice à la correction, des disparités et autres dysfonctionnements, structurels Partant de ce qui précède, il serait pertinent et plausible, d’inscrire, l’actuelle posture politique de l’exécutif, dans une logique de résultat, puis que, le tour de table est joué, voire, consacrer même, cette seconde mandature, à l’élaboration, ainsi que l’exécution des politiques publiques, marquant la rupture, avec les combines et les tergiversations d’antan. A cet effet, je trouve tout à fait normal, que les ressources locales, fassent l’objet d’une attention particulière, de la part de l’exécutif, en les sachant, d’un apport substantiel, pour l’économie nationale, car, rien que les indicateurs de performance, notamment la balance des services courants, adjointe à celle commerciale, peuvent en subir un impact positif, en sachant que de nos jours, le management publique, s’apparente progressivement à celle des structures entrepreneuriales. Pour ce faire, essayons de retranscrire, cette perspective d’homologation, de procédés analogiquement explicites, en supposant, comparativement à la structure d’une entreprise, que les secteurs publics, soient équivalents, des différentes branches de production, d’une entreprise, afin de ressortir, la relation pouvant exister, entre les comptes publics et les réformes structurelles, par l’entremise des économies d’échelle, rédhibitoires de celles de champ. . En partant, de cette logique, sachant que les secteurs publics, sont à propension dépensière, c’est-à-dire, qu’ils dépensent plus qu’ils n’engrangent de ressources financières, même nécessaires à leur propre fonctionnement, il devient aisé d’admettre, que toute politique, ne s’inscrivant point, dans la perspective de réduction sensible de cette propension, s’avérerait inopportune. Néanmoins, expliquons en quoi, il est évident de faire allusion, aux économies d’échelle, dans ce cas de figure. Ainsi, les économies d’échelle, réalisables, découleront, de l’accroissement des recettes des secteurs, susmentionnés, lesquels à leur tours, feront amortir leur budget de fonctionnement, en libérant, une mannes financières, nécessaires à l’exécution des dépenses, prises en compte, dans l’élaboration de la balance des paiements courants, cumulativement à celle commerciale. De là, à entrevoir, celles de champ, en filigrane, puis que, en impactant, la production nationale, elles feront baisser les importations, très coûteuses en devises, et préjudiciables à la concurrence sur le marché local, entre les produits importés et fabriqués sur place, n’est plus qu’une donnée, s’offrant au confort de l’esprit. Donc, il est économiquement et socialement, de bon augure, que les politiques publiques, fassent l’objet d’une attention, assez particulière, à la stratosphère même, de toute stratégie de développement, conciliant, l’atteinte du point d’équilibre entre la satisfaction des exigences économiques et le bien-être. http://localhost/visionguinee/2016/11/30/alpha-conde-menace-de-limoger-tous-ses-ministres-si/ […]

  6. Mame dit

    Ah….mr le président, que de déception. Merci quand même pour le courant de Kaleta .

  7. Bangaly Traore dit

    Kassory Fofana ministre d’etat blablabla Ce rregime corrompu ne pourra rien faire de bon pour le pays.la tete est pourri

  8. Walker THETRUE dit

    A mon avis, c’est toi le Président de la République qu’on doit limoger ou destituer. Tu ne fais que voyager et la souffrance des guinéens ne t’inquiète pas du tout.

    Le poisson pourrit toujours par la tete.

  9. Karifala dit

    Qui sème le vent récolte la tempête, tu as préféré les incompétents, et voilà les résultats

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de VisionGuinee.info