Ultimate magazine theme for WordPress.

Le procureur Aly Touré fait une promesse à ‘’tous qui viennent d’eux-mêmes devant la CRIEF pour déclarer ce qu’ils ont volé’’

1

La Cour de répression des infractions économiques et financières (CRIEF) veut se montrer clémente à l’égard de personnes qui s’autodéclareront devant elle. Pour le procureur Aly Touré, il existe un mécanisme réservé à tous ceux qui acceptent de remettre en cause leur gestion calamiteuse. 

‘’Tous ceux qui savent qu’ils se reprochent d’un détournement, d’une gestion calamiteuse, qui se sont enrichis illicitement, s’ils viennent d’eux-mêmes devant la CRIEF pour nous déclarer ce qu’ils ont volé, on trouvera un mécanisme pour voir comment il faut régler la situation. Mais ce ne sera pas dans le bureau du procureur spécial ou de celui du président. Ce sera en connivence avec l’agent judiciaire de l’Etat qui est le représentant légitime de l’Etat dans ces différentes procédures’’, annonce le procureur de la Cour de répression des infractions économiques et financières.

Il rassure qu’il ‘’y a eu des cas comme ça qui se sont passés au Cap Vert où des gens ont détourné des biens publics. Lorsque la lutte contre la spoliation a commencé, beaucoup sont venus présenter. On leur a dit : ‘Attention, vous avez présenté 6, si nous vérifions et on trouve que c’est 8, vous irez en prison. Si ça trouve que c’est 6, on prend 5 pour verser dans le portefeuille de l’Etat et on vous retourne 1’.  Ce sont des possibilités qui s’exercent’’.

Mais, souligne Aly Touré dans « Dossier de la semaine », ‘’ce n’est pas en venant négocier avec un parfum de corruption. Il y a des gens qui ont essayé, pas au niveau de la CRIEF, mais avec des officiers de police judiciaire. Ils ont été directement trimballés en prison. Ils sont venus juste pour demander s’ils peuvent payer de l’argent pour que leurs grands frères et leurs oncles puissent sortir de la garde à vue, quand les gendarmes m’ont informé, je leur ai dit : ‘Approchez-les’. Ils ont été déférés à la maison centrale. Et l’argent qu’ils ont payé est placé sous scellé’’.

Sélectionné pour vous :  Alpha Condé : ‘’Ce n’est pas la Banque mondiale ou le FMI qui doit nous dire ce que nous devons faire’’

Et d’insister : ‘’Ceux qui pensent qu’ils ont détourné, s’ils viennent déclarer, on va vérifier. Si c’est ce qu’ils ont détourné, on trouvera un mécanisme de règlement en rapport avec l’agent judiciaire’’. Parce que, assure-t-il, ‘’l’idée n’est pas de voir des gens croupir en prison. C’est vrai, on veut corriger, mais quand les gens d’eux-mêmes viennent déclarer ce qu’ils ont fait, la justice peut montrer son visage humain, appeler l’agent judiciaire pour continuer les investigations. Et s’ils s’entendent, on appelle cela règlement à l’amiable’’.

Des propos du procureur de la CRIEF que l’agent judiciaire Me Mohamed Sampil confirme en rappelant qu’une ‘’faute avouée est à moitié pardonnée’’.

Boussouriou Doumba, pour VisionGuinee.Info

00224 622 989 711/boussouriou.bah@visionguinee.info

Place this code at the end of your tag:
1 commentaire
  1. Loozap dit

    Il faut qu’il y ait rendement de compte et restitution de tout

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de VisionGuinee.info